Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Philippe Delaveau

Lxvi - Poéme


Poéme / Poémes d'Philippe Delaveau





Ce sont les dernières flammes d'un crépuscule
Que lacèrent les vitres de l'hôtel proche,
Norfolk (Harrington
Road), au milieu des élytres de l'escalier
Extérieur, collé sur les écailles de la façade où sèche
Un peu de linge.
Une fenêtre s'ouvre parfois, une tête

penche ;
La voix appelle en bas, du côté des cuisines,
D'où vient le bruit de la dinanderie que l'on remue.
Sur

mur,
Un chat tout doucement traîne son spleen,
Observant sur le miroir des flaques
L'autre chat son semblable, qui le regarde,
Au-dessus des pavés inégaux où la pluie brille,
Parmi lesquels, avec la boue des quartiers riches,
La nuit ce soir reste captive.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Philippe Delaveau
(1950 - ?)
 
  Philippe Delaveau - Portrait  
 
Portrait de Philippe Delaveau


Eléments de bibliographie