Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Philippe Delaveau

Lxii - Poéme


Poéme / Poémes d'Philippe Delaveau





Ils venaient, peuple épars, de toutes les contrées,

Des plus lointaines îles.
Leur groupe croît sur le rivage,

Devant le bâtiment que le flux berce.
L'équipage

Carguait déjà la voile exubérante; un cheval à la poupe

Se cabrait face aux vagues.
Le navire

Glissera sur les boucles de l'océan; affrontera

Les vagues dessinées sur le flanc de la coupe, les caprices

D'Éole aux joues gonflées de raisins clairs.
Il jaillira

Sur le serpent d'écume au creux des villes

Qui désirèrent l'ange aux longs cheveux, montrant le poing

Au vieux
Loth qui s'éloigne.

Mais le sommeil des fleuves réfléchira ses roses.

On l'attendait pout séparer les flots;

Sur l'armure des toiles un peu d'eau grise

Orne les premières fleurs, un peu de sel

Fait le signe, sans bruit, de leur pays lointain.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Philippe Delaveau
(1950 - ?)
 
  Philippe Delaveau - Portrait  
 
Portrait de Philippe Delaveau


Eléments de bibliographie