Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Philippe Delaveau

Lviii - Poéme


Poéme / Poémes d'Philippe Delaveau





Même l'amour à
Babylone est terrible.
Les femmes

Peintes, d'une voix rauque, à la tombée du soir, appellent

L'homme hirsute, et tous deux mêlent leurs cris de bête

Et s'étonnent, lorsque l'ennui relâche dans la chambre

Les plis de ses rideaux : nulle douleur ne grève

Leurs pauvres voix, et leurs yeux creux

Ne voient confusément que les grises nuées.

Alors il reste encore à profaner les mots dont on ricane.

Car le bonheur, malgré les paradis inventés, s'est enfui.

Des portes dans la nuit s'ouvrent, se ferment; des couloirs

Exposent au-dessus du dallage, au bout d'un fil, l'ampoule

nue;
Il n'est pas de bonheur.
Et l'aveugle
Devant, ses mains tremblantes tâtonnant,
Suivi des cinq aveugles qui se tiennent
L'un à l'autre, les mains sur l'épaule,
Ouvre la porte condamnée qui donne sur le vide.
Le pouls de la rapide rue en contrebas
Surgit dans l'odeur de friture avec la ritournelle
D'une chanson mauvaise.
Celui qui fume
Au pied du mur où le sourire énorme d'une femme
Ouvre des lèvres larges, voit dans le ciel émaillé
D'astres blancs, ceux qui voguent sans fin

Dans la cendre, mourir.

Alors l'aube revient quand les oiseaux

Chantent joyeusement dans les arbres de
Leicester
Square,

La complainte du jour qui vient de naître au-dessus des rues











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Philippe Delaveau
(1950 - ?)
 
  Philippe Delaveau - Portrait  
 
Portrait de Philippe Delaveau


Eléments de bibliographie