Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Philippe Delaveau

Le couronnement - Poéme


Poéme / Poémes d'Philippe Delaveau





Au sommet, vêtue d'azur, agenouillée,

Elle prosterne sa douceur, ô jeune fille, gloire

Dont le triomphe est simple dans l'assemblée

Des transparents, debout; l'air des ciels est très pâle,

Puisque le corps ne porte plus comme sur le halage,

D'ombre penchée.

Enfin comprendras-tu

La fragile beauté qui paraît fugacement sur terre?

Ici et là, elle t'appelle de sa voix qui chuchote

Quand le soleil s'efface entre les chênes, au-dessus

Des toitures; que l'heure interrompt sa course sur le tain

Des rivières, qu'effleurent seulement les libellules?

Ou dans le crépuscule sur le pont suspendu, lorsque

La ville immensément repue entre ses bornes incertaines,

Vers l'abîme du ciel courbe sa tête aux joues ensanglantées?











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Philippe Delaveau
(1950 - ?)
 
  Philippe Delaveau - Portrait  
 
Portrait de Philippe Delaveau


Eléments de bibliographie