Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Philippe Delaveau

La route - Poéme


Poéme / Poémes d'Philippe Delaveau





Ce sera la route encore, non pas

La rue corsetée d'enseignes lumineuses, ni l'ancienne

Voie bordée d'abreuvoirs où tu guettes parfois

Le pas si mesuré du cheval, compagnon de toujours

Qui caracole tête nue, mesurant notre audace

A la fermeté de nos mains — hennissements, envols

De fougueuses crinières dans le poudroiement d'aube :

Nous ne le verrons plus; toute ville

Élève des murs arides.

Une autre route sans bâtiments à la lisière,

Sans vignes régulières, sans la splendeur des sabres du maïs,

Exacerbés dans la lumière que multiplie l'étain du fleuve

Ou l'ouvrage songeur de l'étang.
Et même la perchée

Des oiseaux d'ocre à la cime sauvage, ne te secourra plus.

Lorsque le crépuscule vieillira.
Tu te souviens des cris

Que racontaient sur les premières pages, l'enfance

Aux cheveux emmêlés; les sables que la pluie cherchait

À graver; les grandes fables parmi les arbres,

D'un soleil rond et rouge, avec son heaume et la lance du

peuplier.
Et tu chemines sur la route désolée, parmi les cendres;
Le paysage est mort, et les neiges nocturnes
Succèdent lentement aux granges de l'automne.













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Philippe Delaveau
(1950 - ?)
 
  Philippe Delaveau - Portrait  
 
Portrait de Philippe Delaveau


Eléments de bibliographie