Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Philippe Delaveau

L - Poéme


Poéme / Poémes d'Philippe Delaveau





Docteur
Schpountz,
Docteur
Schmonck,
Docteur
Schpantz,

Savanrs de tous pays civilisés en blouse blanche,

Gardez-vous loin de moi qui suis nu, qui suis pauvre,

Sur le linoléum glacé, avec mes mains fébriles,

Mes ongles longs, la cicatrice à mon côté.

Pourquoi tendre mes bras sur l'instrument de vos mesures,

Forcer au fond de ma pupille ensanglantée de larmes, ces noms

Exquis, dont ma mère habillait son parfum vespéral

En me berçant de sa voix plaintive de femme

Qui craint les mots terribles des oracles.
Pourquoi me tendre

une arme
Ensanglantée déjà, l'adjoindre à tous les fils
Désespérés, dont vous avez voulu sur les routes d'Aulis,
Brisés par la douleur, faire des monstres?











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Philippe Delaveau
(1950 - ?)
 
  Philippe Delaveau - Portrait  
 
Portrait de Philippe Delaveau


Eléments de bibliographie