Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Philippe Delaveau

King lear - Poéme


Poéme / Poémes d'Philippe Delaveau





Vint le jour où l'on t'arracha la couronne, le jour

Où même tes filles te trahirent : tu découvris la sainte pauvreté

Le long des rues battues du vent d'automne, et que t'importe

alors
Le souvenir d'années sans compassion, de butins engloutis, de

fêtes.
Tu marches sur ces pieds douloureux, compagnons de roujours
De la souffrance.
Du fond des âges, d'autres héros
Te font signe, t'appellent de ce nom de solitude
Que creuse avec son puits d'amour l'éternité.
Aussi
Les vêtements pour la parade, le lourd manteau
Qui te servait pour promener l'épaisseur de ton corps
Dans la tourmente des songes, tu les jettes
Le long de la chaussée tandis que de vraies larmes
Emplissent tes yeux qui s'entrouvrent,
Ceux-là mêmes qui ne voulaient jamais rien voir.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Philippe Delaveau
(1950 - ?)
 
  Philippe Delaveau - Portrait  
 
Portrait de Philippe Delaveau


Eléments de bibliographie