Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Philippe Delaveau

Kant - Poéme


Poéme / Poémes d'Philippe Delaveau





Kant sortait chaque jour pour faire sa promenade

À la même heure, guetté par les chats et les femmes;

Moqué pour son flegme sans fantaisie, majestueux pourtant,

Vêtu d'une identique et brune redingote;

Éprouvant pour le ciel qu'ont aimé les rêveurs — les poètes

parfois
Sont de ceux-là -, une sorte de haine :
Et pour la pluie qui dessine des fleuves tumultueux,
Comme un ressentiment de vieux garçon craignant
De prendre froid.
Dans l'odeur du tabac, blonde,
Qui spire sa volute, accumule ses lobes, longe le faîte
Poussiéreux des murs, son esprit lentement se dilate
Aux dimensions du monde bordé de verre
Déformant, toutes fenêtres closes sur la rue,
Chassant du plafond bas, du ciel poreux et jaune vers quoi

reniflent
Les chandelles, cela même que l'esprit désormais
N'atteindra plus en proclamant ses droits, et qui hante partout
Même la rude écorce des platanes, le bois lisse, un galet;
Même la pluie et les catégories obtuses,
Où se dépose à travers les vitraux de verre, le monde,
Perdus la nuit et le toucher des doigts.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Philippe Delaveau
(1950 - ?)
 
  Philippe Delaveau - Portrait  
 
Portrait de Philippe Delaveau


Eléments de bibliographie