Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Philippe Delaveau

élégie - Poéme


Poéme / Poémes d'Philippe Delaveau





Le fleuve vert, le temps, l'idée, il faut que tout nous

quitte Qui sommes-nous qui ne savons garder Le goût qu'avait le temps trop vite en fuite, L'image bleue, les pleurs de l'arbre après la pluie

Même le souvenir est étroit dans sa cage

Il ouvre au ciel une serrure,

Foudroie la main qui voudrait l'arrêter

Quand la mémoire, oiseau têtu, déclare : je vous

ignore

Jour de neige, une silhouette penchée, seule — Quel frère à nous semblable par la douleur? Courbe son dos et gagne un pré de lune L'arbre chétif et noir lorsque l'année s'achève

La bouche est vide. La langue exploite un rien de sa

carrière Où sont les mots d'antan, les phrases quand tu dors? Où est la langue peuplée d'îles, d'images au réveil? Tu ignores qui t'habite et te délie

Si le temps était un cheval, tu saurais l'implorer De la main, au plat de l'encolure, sous la crinière Son oeil cesserait de craindre l'inconnu Qui parle de prairies célestes quand tout divague

Le temps nous brûle. L'eau s'agite en nos coeurs L'oiseau de cendre abrite sa couvée. Quel amour? Ton foie nourrit de sa substance le rapace. Le bruit de ton angoisse fait rire l'ennemi.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Philippe Delaveau
(1950 - ?)
 
  Philippe Delaveau - Portrait  
 
Portrait de Philippe Delaveau


Eléments de bibliographie