Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Philippe Delaveau

Cvii - Poéme


Poéme / Poémes d'Philippe Delaveau





Ta confiance extrême, et de nous dire

Quelle est la route vers la terre douce là-bas,

Que nous n'osons nommer; où le chant des feuillages

Est tendre à nos cœurs fragiles.
La lumière du crépuscule

Y atténue les couleurs,

Après l'incertitude et les orages.
La promesse au-dessus

De ta tête blanche, s'accroît du tumulte muet des peuples

D'étoiles nées de l'ombre, qui sur le vieillissement

Des chemins saluent ton courage, de leur visage découvert,

Lorsque les temps seront venus.

Marcheur qu'éreinte le voyage, tes doigts tranquilles

Sont à peine posés sur la besace.
O voyageur que la crainte

D'une nuit sans hôtel où descendre, autrefois, tenait éveillé

Longuement dans la chambre, pendant que s'apaisait la rue

Sous son éclat de lune amère - les persiennes sont closes

A cause des rôdeurs — tandis que l'aube

Éveillait au jardin la sarabande claire des oiseaux.

Abraham, je te louerai toujours, père, sur le territoire

Des nuits.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Philippe Delaveau
(1950 - ?)
 
  Philippe Delaveau - Portrait  
 
Portrait de Philippe Delaveau


Eléments de bibliographie