Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Philippe Delaveau

Ciii - Poéme


Poéme / Poémes d'Philippe Delaveau





I



Parfois le soleil écarte du miroir des fleuves

Sa tête échevelée; dans le silence gris

De l'horizon proche, la maison

S'illumine avec ses fenêtres vives,

Comme un navire dans la vendange noire de l'écume,

Un soir de novembre ténébreux.
Là-bas,

Le père assis à la table, attend ceux qu'il appelle,

Que tu vois cheminer sur les routes noyées;

Et l'oiseau les survole, criant son pays clair.



II



Elle est bâtie sur le jarret des rocs; la mer

Haletante, n'atteint pas ses murs.
Ses fondations

Sont secrètes comme le nœud des racines.
La pluie

Ne fait que l'effleurer de ses doigts angoissés; mais le feu

Règne à l'intérieur, maître de l'âtre et de l'or des visages.

C'est la demeure fermée, le grain resplendissant

Des constantes moissons; la cicatrice fraîche

Sur le flanc de l'ombre; coquillage

Que lèche le tuba de la mer infinie, arbre sans fin multiplié
Depuis le terreau pourpre de
Jessé, jusqu'aux étoiles.



III



Nous la construirons pour y revenir,

Maison dans la clarté pourpre du soir,

Lorsque le froid menace de toutes parts

De ses loups qui hurlent à la face des neiges.

Nous la bâtirons avec la joie de la mère,

Assise au milieu des enfants du royaume.
Le père

Se penche au-dessus de la lampe à la porte d'entrée,

Pour que l'or de la nuit résonne encore avec la terre.

De loin, la maison brille comme un phare,

Si bien que des navires s'y déroutent;

Et des voyageurs esseulés s'y réchauffent -

Au milieu des forêts qui ne cessent de croître,

Avec leurs arbres morts et le jour triste du matin.



IV



Une main vieille gratte la flamme, dans la pièce

Noire où nous étions réunis, transis de froid, perdus.

Ténèbre où les arbres pleurent.

Le gémissement

Des arbres s'entend

Jusqu'aux rivages solitaires.

Une main vieille pose l'assiette

Sur la table vétusté, la cruche d'eau, le pain, le lait

Attiédi de la proche érable.
Et toi,

Sèche auprès du feu tes pieds qu'ont trempés

Les cruelles ornières.

Je t'attendais depuis toujours.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Philippe Delaveau
(1950 - ?)
 
  Philippe Delaveau - Portrait  
 
Portrait de Philippe Delaveau


Eléments de bibliographie