Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Philippe Delaveau

Abraham - Poéme


Poéme / Poémes d'Philippe Delaveau





Un feu dans le jardin fermé, lentement rêve.

L'arbre avare contemple son trésor inutile.

Automne campe à la fenêtre.
Ses brouillards

Ont revêtu les toits de ce silence triste

Qui fait jaillir la lampe à la proue des rideaux.

Mais où en est la nuit? dit le veilleur,

Et le rideau retombe sur la vitre éclairée.

La richesse, à quoi bon? songe tout bas la branche,

Et l'or s'écroule doucement sur les pelouses.

Là-bas, ce banc sur lequel vous aimiez vous asseoir

Est demeuré désert; et l'ombre descendue

Refoule jusqu'aux rues bruyantes les souvenirs

Qui dorent leur image sur nos branches.

Quelle est cette richesse?
Alors, le patriarche

A mis sur son épaule pour partir une besace :

Il faut gagner la nuit généreuse qui passe

Au-dessus des fumées et des visibles ciels,

Et reconnaître enfin parmi les plus lointaines

Des étoiles, celle où le souvenir

S'affine à la clarté de la lampe espérance,

Que le vent porte à l'aube et les chants à nos lèvres.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Philippe Delaveau
(1950 - ?)
 
  Philippe Delaveau - Portrait  
 
Portrait de Philippe Delaveau


Eléments de bibliographie