Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Philibert Bugnyon

Vous perdez tems, me disoit lors ma dame - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Philibert Bugnyon





Vous perdez tems, me disoit lors ma dame,

En souriant bassement à par-soy,

Qui pretendois luy découvrir la foy

De l'amitié, qui nôtre cœur enflame :
Je ne crain plus la
Cupidine flame,

Alant déjà fermement avec moy

Délibéré, vivre seule en recoy

Comme la
Tourtre, en pleurs fondant mon ame.
Ce que luy vis entrouvrir ses coraus

Vermeillement empourprez, de mes maus

Pour s'esbaudir, m'excitant une envie,

De retirer ma liberté ravie :

Mais le dous ris, compagnon de beser
Qu'elle' me donna, fit mon deuil appeser.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Philibert Bugnyon
(1530 - 1587)
Portrait de Philibert Bugnyon