Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Philibert Bugnyon

Le ciel avoit decouvert ses beaux yeus - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Philibert Bugnyon





Le ciel avoit decouvert ses beaux yeus,

Pour eclairer la nuit sombre et obscure,

Quand j'apperceu la vive pourtraiture

De celle, ou git mon espoir gracieus.



Je fu trompé par l'espoir radieus

Que ses flambeaux jettoient à l'avanture,

Sur le plus haut de ma propre stature,

Qui luy servoit d'objet delicieus.



Si lustre étoit, et limpide sa veuë,

Si transparent et si tres-emouluë,

Qu'elle excedoit en lueur, les etoiles :



Je ne la peu jamais voir à plaisir,

Bien que tel fu mon envieus desir,

Tant s'opposoient devant mes yeus de voiles.









Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Philibert Bugnyon
(1530 - 1587)
Portrait de Philibert Bugnyon