Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Philibert Bugnyon

L'anneau madré qui le doigt environne - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Philibert Bugnyon





L'anneau madré qui le doigt environne,

Le petit doigt de vôtre main senestre

Par sa rondeur, le parfait de son estre,

L'heureuse fin de nos amours couronne.



Pourquoy est-ce que souvent je m'étonne

D'avoir mon coeur en si bon lieu pu mettre,

Que je n'en soy' aucunement plus maistre,

Et moins de moy, qui le vous abandonne ?



Faites ainsi du vôtre en mon endroit,

Dame, pour qui ma jeunesse voudroit

Les passions d'Ixion endurer.



Envoyés moy, si voulés que je vive,

L'un de ces deux : ou n'en seriés hastive,

Rien ne me sert de le plus esperer.









Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Philibert Bugnyon
(1530 - 1587)
Portrait de Philibert Bugnyon