Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Paul Neuhuys

Port - Poéme


Poéme / Poémes d'Paul Neuhuys





Le vent, de sa masse bleue, remplit l'espace ensoleillé et l'Escaut, peint en vert, ondule sous les transadantiques roses



Les navires ont fait escale

dans le golfe du
Bengale

Le yacht blanc est une mouette

le remorqueur luit comme un phoque



Un calme tumulte règne les docks sont bondés de trafic le fer rebondit sur les dalles les cordages sentent le goudron



Une grue délicate soulève un énorme bloc de basalte comme une dame prend un sucre en levant le petit doigt



Les blanches cabines sont vernies comme des chambres de jeunes filles et l'acier luisant des machines est chaud comme une nuit d'amour



Le nègre, chauffeur de navire, rêve, appuyé au bastingage, d'une obscure forêt de cachou sur le
Zambèze du
Mozambique



Une sirène bâtit au ciel sa lourde maison sonore et le vent sculpte une statue dans un bloc épais de fumée



Les steamers tirent sur leurs amarres mon cœur est un matelot ivre
Vancouver,
Tombouctou,
Singapore, c'est à combien de kilomètres?



Le fleuve est une pelouse rapide maintenue entre les deux quais et les carènes multicolores sont les blouses des jockeys











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Paul Neuhuys
(1897 - 1984)
 
  Paul Neuhuys - Portrait  
 
Portrait de Paul Neuhuys