Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Paul Neuhuys

Passantes - Poéme


Poéme / Poémes d'Paul Neuhuys





Ah que la gare du
Nord est grise et que tragiques sont ses quais où, à cheval sur ma valise, je songe à mes amours manques.



Je songe à trop de demoiselles m'offrant qui leur main à baiser, qui leur joue, qui leur bijou, toutes plus chaudes qu'oiselles.



Et la
Russe et la
Polonaise qui nous attirent dans leurs rets: j'en suis charmé, j'en suis tout aise comme d'un vin trop guilleret.



N'aurai-je aimé que des passantes et la fuite furtive d'un dos?
O ma jeunesse effervescente !
Mores castigat ridendo.













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Paul Neuhuys
(1897 - 1984)
 
  Paul Neuhuys - Portrait  
 
Portrait de Paul Neuhuys