Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Paul Neuhuys

Marine - Poéme


Poéme / Poémes d'Paul Neuhuys





Au
Zoute

avec les lifrelofres du solstice estival

Des autos s'enlisent dans le sable

comme des bousiers qui arrondissent leur crottin

pour l'amener à des contours toujours plus corrects

O mer par nos deux mains chaudement applaudie

Babette était en bleu
Nanette était en jaune

Moi qui voulais inventer la souricière avertisseuse

une statue de sable me parle à l'oreille

de la fuite des capitaux

Du
Conservatoire de l'Ennui au
Casino de la
Sottise

une chaise prend feu en écrivant ses
Mémoires

Et voici un poème comme chacun peut en écrire

un soir en regardant les vagues

comme des bras en l'air faire des gestes vagues

avant de s'évanouir à l'illusion vivante.













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Paul Neuhuys
(1897 - 1984)
 
  Paul Neuhuys - Portrait  
 
Portrait de Paul Neuhuys