Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Paul Neuhuys

Fête - Poéme


Poéme / Poémes d'Paul Neuhuys





On pavoise les rues pour le roi d'Italie

et la ville est comme une maîtresse jolie

Le matin frais luit sur les trottoirs arrosés

et le haut des maisons ruisselle de soleil

Les servantes agitent leur chiffon à poussière

comme les voyageurs au départ des wagons

Les tramways sont plus jaunes et les arbres plus verts

On arbore un drapeau neuf à l'hôtel du
Square

Guirlande, mirliton, cocarde, et ton amant,

est-il d'humeur entreprenante? Étonnamment.

Un enfant se promène avec un ballon rouge

léger comme l'amour qui ne tient qu'à un fil

Des notes d'opéra tombent du carillon

comme les citrons d'or des jardins de
Sorrente

On pavoise les rues pour le roi d'Italie

Ce soir, on allumera les lanternes vénitiennes

Farandole, mandoline, mon cœur, mon cœur est gai

comme un poisson d'avril dans un arbre de mai













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Paul Neuhuys
(1897 - 1984)
 
  Paul Neuhuys - Portrait  
 
Portrait de Paul Neuhuys