Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Paul Neuhuys

Enfance - Poéme


Poéme / Poémes d'Paul Neuhuys





Mon enfance

Au matin, ma mère levait les persiennes vertes

et rangeait du linge frais dans les armoires

Je me regardais dans la glace pour voir le fond de ma

[bouche et je prenais le mannequin d'osier pour un squelette de

[femme

Je conduisais ma vie comme un cerceau léger

Le cerceau et l'escarpolette

j'ai toujours eu l'esprit tourné vers

les lois qui régissent l'univers

L'été, on partait en
Suisse

soleil

les poteaux télégraphiques chantaient le long des routes

Un petit hôtel dans la montagne

Mon petit frère pissait dans le chapeau de la
Fraulein

et lorsqu'elle s'emportait, il lui répliquait:
Nein.

Puis le retour des classes

Une tache d'encre

sur la fraîche joie de vivre

et l'école buissonnière dans les banlieues

Mon père jetait sur moi un regard de pitié:

tu es un infortuné gosse

qui n'es pas né pour le négoce



La gare du funiculaire

myrtilles

grillon

Maman, il pleut des gouttes et il fait des éclairs.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Paul Neuhuys
(1897 - 1984)
 
  Paul Neuhuys - Portrait  
 
Portrait de Paul Neuhuys