Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Paul Neuhuys

Cinéma - Poéme


Poéme / Poémes d'Paul Neuhuys





Entre la gare et les boulevards

les cinémas brillent.

Il fait du brouillard

mes yeux gobent la lumière crue

les autos éclaboussent les affiches.

La voilà.

Tu as bien fait de venir.

Je réclame son bras

où aller?

Voici bientôt trois mois que dure notre amour,

c'est dans un cinéma que je l'ai rencontrée,

Ses yeux couleur de film avaient un regard triste,

pâle petite luciole que l'écran attira,

la luciole d'or, la pensée du poète.

Elle frissonnait sous les bouffées de l'orchestre.

L'ombre comme une écharpe enveloppait ses épaules

Quand le film s'éteignit dans un flot de lumière,

mon rire de poète lui a sauté au cou.



Où aller?

C'est facile à dire.

Les maisons nous cachent l'horizon,

il n'y a plus de place pour nous,

on ne délivre plus de fauteuils.



Regarde le monde derrière les vitres embuées ils ont l'air d'être dans une salle d'attente.

Par bonheur, notre amour se contente de peu.

Tu as froid? mets ta main dans ma poche, si tu veux.

Voici bientôt trois mois que dure notre amour

et tous les cinémas sont remplis à craquer

et nous ne verrons pas
Chariot, mon pauvre amour,

Chariot, le seul homme digne d'être pris au sérieux.

Comme tu as les paumes moites

Tu es pâle comme si tu allais vomir



Méchant? moi?

Tu emploies toujours des termes inexacts.

Quand on pense qu'on ne s'aime plus

on s'aime encore plus qu'on ne pense.

Je vais te raconter une histoire.

J'ai un ami qui en embrassant sa bonne amie

s'est enfoncé son épingle de cravate dans le cœur.

Cela te fait rire

Voici bientôt trois mois que dure notre amour
Tu juges que ce jeu chiffonne trop tes jupes
Je te comprends, mais que veux-tu, pauvre petite, nous avons gaspillé nos cœurs en vains baisers sans leur donner le prix qu'il fallait leur donner.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Paul Neuhuys
(1897 - 1984)
 
  Paul Neuhuys - Portrait  
 
Portrait de Paul Neuhuys