Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Nicolas Germain Léonard

Vue de la campagne après une pluie d'été - Poéme


Poéme / Poémes d'Nicolas Germain Léonard





II est passé,
Daphné, ce ténébteux orage;
Le tonnerre effrayant n'ébranle plus les airs.
Et nous ne voyons plus, sur les flancs du nuage.
En longs sillons de feu, serpenrer les éclairs.
Viens, tu peux sans danger sortir de ton asile :
Regarde autour de toi comme l'air est tranquille !
Qu'attendons-nous encor ? les timides brebis,
Que la crainte assemblait sous un toit de feuillages,
Se dispetsent déjà sur les frais pâturages,
Et de leur laine humide agitent les rubis.
Le berger prit la main de sa jeune compagne,
Qui promenait partout ses regards enchantés : »
Daphné, lui disait-il, vois combien de beautés
Le retour du soleil répand sur la campagne !
Comme déjà le ciel a repris son azur !
Ce vert en est plus doux, le jour en est plus pur. »



Vois-tu, répondit la bergère.

Ce rideau sombre qui s'étend

Sur les monts brillants de lumière ?
Le voilà qui s'avance au bord de cet étang.
Regarde ces forêts dans l'ombre ensevelies...

Voilà déjà l'ombre qui fuit,

Et le soleil qui la poutsuit :
Vois, vois comme elle court à travers les prairies.



DAMON

Vois-tu l'arc éclatant, dont les vives couleurs
S'impriment sur le fond de cet obscur nuage ?
II semble ramener la verdure et les fleurs.
Et descendre au vallon qu'a respecté l'orage.



DAPHNE

Daphné répondit à son tour,
En pressant le berger d'un de ses bras d'albâtre :
Comme sur ces rosiers le papillon folâtre!

Vois le doux zéphyr de retour.

Secouer les gouttes brillantes
Dont la pluie a mouillé le calice des plantes !
Vois jouer dans les airs ces vermisseaux ailés,
Qu'agite le soleil par sa chaleur active ;
Et cet étang voisin... oh ! comme sur sa rive
Des saules d'alentour les rameaux sont perlés !
Comme son cristal pur répète encor l'image
Et des cieux azurés, et du prochain feuillage!



DAMON

Embrasse-moi,
Daphné!... quel sublime tableau!
Comment nous exprimer dans ce torrent de joie,



Dans ces larmes d'amour où notre cceur se noie ?

Que tout ce qui m'entoure est beau !
Depuis l'astre éclatant dont les feux chassent l'ombre.
Jusqu'au germe caché du plus faible arbrisseau.
Tout présente à mes yeux des merveilles sans nombre.



DAPHNE

J'admire aussi,
Damon, les rayons d'un beau jour;
J'aime à voir un soir pur, une brillante aurore :

Mais le charme de ton amour
Ajoute à ces tableaux un nouveau charme encore.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Nicolas Germain Léonard
(1744 - 1793)
 
  Nicolas Germain Léonard - Portrait  
 
Portrait de Nicolas Germain Léonard