Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Michel Leiris

Les cloches de nantes - Poéme


Poéme / Poémes d'Michel Leiris





La douceur des larmes qui tombent

et celle des robes de soie en sens inverse

puand elles s'élèvent mystérieusement et disparaissent vers le plafond

paquebots aux flancs amers guidés par le chenal sans fin de deux bras blancs

l'âpreté des corps dépouillés debout l'un devant l'autre comme des falaises ou des murs de prison

les adorables coquillages de chair que les vagues (abandonnant la chambre à marée basse) ont dénudés

tes mains que la sueur des putains a peu à peu creusées de traces légères mêlées à celles plus anciennes qu'interprètent les pythonisses

c'est avec ces pavés que je meuble les ruelles émouvantes

entre le carrefour populeux de mes membres

et le fleuve noir qui submerge mon lit

Ma vie s'étend de la gauche à la droite du néant semblable à un terrain vague de faubourg



Tant de rôdeurs guettent à l'ombre de mes palissades tant de chiffonniers avares cachent de pauvres trésors

dans mes sous-sols herbeux
Dans l'affreux bouge de mes veines coule un sang rouge de prostituée un sang pareil au vin qu'aiment les travailleurs pareil aussi à celui qui se caille aux tempes des fusillés
C'est la vertu de ce sang qui scelle le pacte des cambrioleurs ce sang rouge sombre qui jamais ne stagne dans le cœur



Ma vie s'étend

semblable au mètre de bois blanc qui mesure les cercueils semblable au tronc rigide dont sont faites les potences à la pierre dure dont on sculpte les camées
Ma vie comme plusieurs autres s'étend semblable aux algues misérables qui poussent entre les interstices des pavés dans la plus grande artère de l'amour

Car nous sommes malgré tout quelques-uns

qui traversons les villes et les plaines temporelles

sans cœur comme des chatons de bagues

Peu d'anneaux s'appuieront à nos lèvres

peu de baisers voleront en cercle selon le cerne de nos

yeux
Nos semelles s'émacieront pareilles à des visages aux traits tirés par l'insomnie

d'un perpétuel voyage



Pour bâtons de vieillesse nous aurons les longues gaules

qui servent à rouer les suppliciés pour langues des couteaux ternis dans de sordides

bagarres
Seuls nos sourcils resteront des forêts illuminées par les

lueurs passagères que jettent nos regards ces feux de la
Saint-Jean ou ces brasiers de naufrageurs









Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Michel Leiris
(1901 - 1990)
 
  Michel Leiris - Portrait  
 
Portrait de Michel Leiris


La vie et l\'Œuvre de michel leiris

Né à Paris en 1901, Michel Leiris commence à écrire vers l'âge de vingt ans, bientôt soutenu par son aîné, le peintre André Masson, qui lui découvre tout un univers. Dès 1924, l'année où André Breton publie le Manifeste du surréalisme, il participe à ce mouvement, dont il se séparera en 1929, sans renoncer aux buts de total affranchissement psychologique et social que les surréalistes s'étaient as

Biographie / bibliographie

20 avril 1901 Naissance à Paris