Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Michel Leiris

Légende - Poéme


Poéme / Poémes d'Michel Leiris





Aujourd'hui les portes s'agitent

les serrures ne dorment pas tranquilles dans leur

obscurité plus calme qu'une mer d'huile



Grandes tentures harnachées d'yeux de femmes vous croulez comme un nuage rideau qui se déchire et démasque le soleil qui n'est qu'un bûcher de prunelles



Une
Inquisition sourde épouvantait la pièce tenailles des boiseries délavées pilori de la table noyade du plafond



Les ciseaux ouvraient toutes grandes leurs mâchoires en bâillements de veuve inconsolée mais leurs branches lancées au hasard ne coupaient que le vide

un vide hagard que la hauteur elle-même avait abandonné



Alors trois bûches se calcinèrent dans la cheminée

le lit s'ouvrit

et j'aperçus sortant à mi-corps de sa grève

une femme belle et dénudée

qui jetait à la mer ses vêtements défaits



Grande figure fière

tu ne fus pas longue à t'engloutir dans les sables

mouvants
Tes boucles elles-mêmes ne furent pas épargnées
Tout entière tu disparus et la grève refermée ne garda même pas l'odeur exquise de ton corps vapeur d'ivresse souterraine



qui aurait pu encore atteindre les narines de l'univers serrer ses tempes aériennes et même le dépraver

Seuls les vêtements cinglèrent vers d'autres sommeils

O buste aux flammes douces et mortes enlisées le monde manque d'une pâture ardente pour nourrir ses troupeaux enchantés












Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Michel Leiris
(1901 - 1990)
 
  Michel Leiris - Portrait  
 
Portrait de Michel Leiris


La vie et l\'Œuvre de michel leiris

Né à Paris en 1901, Michel Leiris commence à écrire vers l'âge de vingt ans, bientôt soutenu par son aîné, le peintre André Masson, qui lui découvre tout un univers. Dès 1924, l'année où André Breton publie le Manifeste du surréalisme, il participe à ce mouvement, dont il se séparera en 1929, sans renoncer aux buts de total affranchissement psychologique et social que les surréalistes s'étaient as

Biographie / bibliographie

20 avril 1901 Naissance à Paris