Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Michel Leiris

Festin - Poéme


Poéme / Poémes d'Michel Leiris





Plusieurs hommes se sont mis à table

ils ont mangé leur soupe d'outils dépecé l'hydre des

instruments mais la table garde ses quatre pieds qui la rivent à la

terre long fleuve dont les remous enchaînent les pas des

femmes et des enfants

C'est un repas très compliqué fastueux comme un repas

de noces un mur torride que construisent d'étranges aliments calcinés par le soleil des yeux dont les lueurs jamais

ensemble ne s'éteignent parce que dès qu'on ouvre une porte c'est la fenêtre

qui se ferme tant est impossible à contenir le courant d'air mouvant

Les hommes chantent et se bousculent ils rient et la vaisselle se ternit étoilée de taches de graisse dont les éclairs hilares déchirent le ciel de porcelaine lorsque la pluie souille les nuits



Ils crient
Ils suent
Ils échangent des bourrades mais l'eau tremble à peine dans le creux des carafes et les animaux restent couchés aussi dociles que leur pâture d'ossements

Pour dessert on apporte un grand gâteau de givre
Quelle terrible froideur après les viscères fumants!
Cela forme une haute tour dont le sommet subit le

choc de tous les vents vantaux glacés qu'ouvre très loin de là une main aux

doigts amers une main aux lignes festonnées mauvaise machine à

coudre qui pique les langues de dentelle les massacre d'entailles comme le corps d'un criminel

surpris

C'est un immense monceau de glace un château-fort garni de piques et de déesses dont les bras traînent la poussière des regards et durement les enferment
Les archers geignent de terreur et de froid leurs armes se courbent puis se redressent quand passent ces femmes aux têtes de voleurs et de mangeurs d'enfants

Que tous les convives soient surpris

cela fait naître le sourire aux bouches de ces jolies

sorcières qui se moquent pas mal d'être tout bas maudites par ces hommes dont les dents gèlent et se contractent dans le bagne de leurs mâchoires ou de la
Sibérie



J'aime écouter tomber les flèches de ces rires enchantés sur la cible du ciel où les nuages se dérident
En bas se gonfle l'orgue sanguinaire des voix de ceux que déçurent ces reines sans mélancolie

au grand banquet des fringales carnassières des caresses de cristal et des plaisirs vivants












Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Michel Leiris
(1901 - 1990)
 
  Michel Leiris - Portrait  
 
Portrait de Michel Leiris


La vie et l\'Œuvre de michel leiris

Né à Paris en 1901, Michel Leiris commence à écrire vers l'âge de vingt ans, bientôt soutenu par son aîné, le peintre André Masson, qui lui découvre tout un univers. Dès 1924, l'année où André Breton publie le Manifeste du surréalisme, il participe à ce mouvement, dont il se séparera en 1929, sans renoncer aux buts de total affranchissement psychologique et social que les surréalistes s'étaient as

Biographie / bibliographie

20 avril 1901 Naissance à Paris