Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Michel Leiris

Blason pour cuba - Poéme


Poéme / Poémes d'Michel Leiris





Ni conque ni perle (trop lunaires)

ni cette bête donnée par la cartographie,

le caïman

au sang et à l'œil glacés,

mais salamandre

que nourrit la morsure du brasier.

Coq

crête d'un éventail

où les strideurs culminent

entre les moires du violet et du rouge.

Taureau

cornes dressées en pleine lumière

au lieu de se terrer

dans les replis d'un labyrinthe.

Mince bouche à feu,

palmier

lâchant au plus haut

sa fraîche déflagration.

Rose des vents

affûtant sur sa meule

et avivant les courants

qu'elle a captés de toutes ses pointes.



Livre ouvert

qui propose à chacun

ses pages constellées de mots

assez nus pour écarter les diableries

de maintenant et d'hier.

Terre jeune

comme aux temps vieux

où l'homme se fit semeur de graines

et marieur d'animaux.

Soleil cabré

dont les harnais de fer

aux balcons se convulsent

tandis que verdeurs et fièvres végétales,

secouant plus loin leurs crinières,

dévalent et s'entassent.

Inde de l'ouest

foisonnant

— mieux qu'un trésor de radjah —

en joyaux

jaillis corps et âme de son creuset

où se fondirent toutes cultures et toutes races.

Cuba sans frontières,

malgré ceux qui voudraient l'encercler,

et sans serrures,

car la
Révolution

chaque jour

y abat de nouveaux murs.



Partout étranglé,

l'espoir

ailleurs que dans une île

pourrait-il aujourd'hui loger?










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Michel Leiris
(1901 - 1990)
 
  Michel Leiris - Portrait  
 
Portrait de Michel Leiris


La vie et l\'Œuvre de michel leiris

Né à Paris en 1901, Michel Leiris commence à écrire vers l'âge de vingt ans, bientôt soutenu par son aîné, le peintre André Masson, qui lui découvre tout un univers. Dès 1924, l'année où André Breton publie le Manifeste du surréalisme, il participe à ce mouvement, dont il se séparera en 1929, sans renoncer aux buts de total affranchissement psychologique et social que les surréalistes s'étaient as

Biographie / bibliographie

20 avril 1901 Naissance à Paris