Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Max Elskamp

Complimentaires - Poéme


Poéme / Poémes d'Max Elskamp





La ville s'ouvre au soleil clair
Comme une rose violette
Eventail de toits d'amourettes
Qui s'enrosent du froid de l'air



Le dimanche fait des écoles
Et s'applique sur les dahlias
Heureux de rester à quia
Dans tout ce bon vivre qui vole



Les cloches à voix étouffées
Dans les jardins se sont perdues
Les vieilles gens un peu perdues
Regardent sécher la rosée.



Il fait très beau, la nuit tuée
Dort aux bouges sous les persiennes
Où prolongent leur méridienne
Les fleurs des prostituées.



Dominicalement documentaires
Les couleurs t'ont fait d'étonnantes fêtes,
Contes d'enfants, où parlèrent les bêtes
La langue de ton cœur complimentaire.



Tes matins sont morts, génisses de brume ;
Blanche avec au front la tache mauve ;
Tes arbres au loin sont comme des fauves
Oublié de l'or clair du jour qui fume.



En tes ciels rosés de prairies trop vertes,
Les neuves maisons ainsi que des joues,
Ecarlates d'un grand baiser qui joue
Dans tes deux yeux de fenêtre ouverts,



Ont monté vers toi, l'émeraude étrange,
Des ifs sinistrés dans les chemins bleus
Où va sourdement arme dans du fer
Le jardinier avec des mains étranges.



Solitairement en ton cœur d'esthète
Ce dimanche sonne ineffablement,
Sois heureux et va sage, ivre du dément.
Le vin des clochers t'a grisé la tête.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Max Elskamp
(1862 - 1931)
 
  Max Elskamp - Portrait  
 
Portrait de Max Elskamp


Biographie / chronologie

1862
- Naissance à Anvers, rue Saint-Paul, de Max Elskamp.

Œuvres / orientation bibliographique

Œuvres