Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Max Elskamp

Aux yeux - Poéme


Poéme / Poémes d'Max Elskamp





Et me voici vers vous, les hommes et les femmes,
Avec mes plus beaux jours pour le cœur et pour l'âme



Et la bonne parole où tous les mots qui s'aiment
Semblent des enfants blancs en robes de baptême ;



Car c'est en aujourd'hui la belle
Renaissance,
Où ma douce sœur
Joie et son frère
Innocence



S'en sont allés cueillir, en se donnant la main,
Sous des oiseaux chantants les fleurs du romarin,



Pour fêter paix venue aux jardins de jouvence,
Qu'ouvrent ici la foi et la bonne espérance.

Or, voici doux pays et lors, à mes couleurs,



La vie comme un bouquet de joies et de senteurs,

Et dimanche, les yeux, dans le très bon royaume
Des bêtes et des gens, des maisons et des chaumes,



Et tout mon peuple heureux de sages et de fous
Mais attentifs aux croix, du cœur jusqu'aux genoux ;

Or, c'est fête, les yeux, et réjouissez-vous



Ainsi que des enfants dans mes jours les plus doux.



Car c'est le temps venu après bien des prières,
Et des villes bâties toits à toits, pierre à pierre,



De la maison promise et dont le seuil est prêt
A tous ceux de travail pour du bonheur après ;



Et c'est voiles, au loin, dès mon pays sans leurre,
Parlant à guidons bleus pour devancer d'une heure



Ma paix haute déjà dans les meilleures âmes ;
Mais réjouissez-vous lors, les hommes, les femmes,



Et selon tout mon cœur en rêve de bonté,
Pour un prêche aujourd'hui d'amour et charité.



Alors aussi, tous mes bons anges,
Ceux de plumes et de velours,
Riez dans les ciels à l'entour
De vos mains où les oiseaux mangent,



Et soyez heureux d'être aux anges,
Les yeux, montés au haut des tours,
Pour voir la mer en son séjour
Entre les arbres et mes anges.



Puis, avec les oiseaux qui volent
Ici des villes à la mer,
Aussi cherchez, les yeux, en clair,



Les voiles loin qui font les folles,

Et fêtez le vent, banderolles,

Aux quatre coins du ciel où jouent



Les enfants à s'enfler les joues

De tous mes mots sus comme un rôle,



Pour la joie des gens bénévoles
Et qui savent que pour leur bien,
C'est de mon paradis qui vient,
Déjà la voix dans mes paroles.













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Max Elskamp
(1862 - 1931)
 
  Max Elskamp - Portrait  
 
Portrait de Max Elskamp


Biographie / chronologie

1862
- Naissance à Anvers, rue Saint-Paul, de Max Elskamp.

Œuvres / orientation bibliographique

Œuvres