Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Max Elskamp

Aux mains - Poéme


Poéme / Poémes d'Max Elskamp





Mais lors c'est, las, mon temps venu
De dire adieu, et jusqu'aux roses,
A ma maison ainsi qu'aux choses
Qui, par tous mes noms, m'ont connu ;



Car, à présent, c'est en pâture
Mon âme, à tous et sans merci,
Pour les pauvres mots que j'ai dits
Dans ma croyance aux joies futures.



Or, pour ma peine ou mon pardon,
Qu'attendent ceux de mes prières,
Dans mes carreaux voici les pierres,
Et les mouches lors, sur mon front,



Puis, dans le beau jour où tous sortent,
Les yeux allés, de large en long,
Aux fenêtres de ma maison,
Et les bouches haut qui s'exhortent



A rire dans leurs entretiens,
De ma foi simple qu'on apporte
A
Piiate qui, sous ma porte,
M'ayant jugé, lave ses mains.



Et lors mettez le crâne avec le lièvre



Dans l'herbe où broute près du loup la chèvre



Et faites venir les bons charpentiers
Pour dresser ma croix, selon leur métier,



Avec les cordes, plus en leurs mains brunes
Les marteaux de bois en forme de lune.



Puis, dans le sable chauffé du plein jour,
Placez mes amis, et tout à l'entour



Laissez faire au ciel d'ici ses nuages
Sur le monde en rond de mes paysages



Où, vers les marchés, dont c'est la saison,
Piétons, cavaliers, charrettes s'en vont



Inconscients, las, de la vie qu'ils traînent,
Sauf les pauvres gens tristes de ma peine.



Car c'est pour eux seuls, et si dévoués,
Tout mon cœur qui dit sa tâche achevée



Et, malgré tout, heureuse en la misère
De cette passion et du calvaire



Qu'il faut à tous ceux de sincérité,
Disant haut les mots de vraie vérité,



Or, laissez alors sonner les trois heures
De mon
Vendredi-Saint sur les demeures,



Où les bonnes gens qui m'ont bien aimé
Me savent par cœur depuis des années,



Et puis, comme aux enfants, penchez ma tête
Vers les choses d'ici toujours en fête,



Car voici qu'enfin tout est consommé
Dans ma pauvre vie allée en fuir.ées



Au jour le jour des larmes et du rire,
Mais que je n'ai sue comme il fallait dire.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Max Elskamp
(1862 - 1931)
 
  Max Elskamp - Portrait  
 
Portrait de Max Elskamp


Biographie / chronologie

1862
- Naissance à Anvers, rue Saint-Paul, de Max Elskamp.

Œuvres / orientation bibliographique

Œuvres