Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Marceline Desbordes-Valmore

Jours d'été - Poéme


Poéme / Poémes d'Marceline Desbordes-Valmore





Ma sœur m'aimait en mère : elle m'apprit à lire.
Ce qu'elle y mit d'ardeur ne saurait se décrire :
Mais l'enfant ne sait pas qu'apprendre, c'est courir.
Et qu'on lui donne, assis, le monde à parcourir.
Voir ! voir ! l'enfant veut voir.
Les doux bruits de la
Albertine charmante à la vitre apparue, [rue,

Elevant ses bouquets, ses volants, et là-bas,
Les jeux qui m'attendaient et ne commençaient pas ;
Oh ! le livre avait tort !
Tous les livres du monde.
Ne valaient pas un chant de la lointaine ronde,
Où mon âme sans moi tournait de main en main,
Quand ma sœur avait dit : "Tu danseras demain."

Demain, c'était jamais !
Ma jeune providence.
Nouant d'un fil prudent les ailes de la danse.
Me répétait en vain toute grave et tout bas : "Vois donc : je suis heureuse, et je ne danse pas."



J'aimais tant les anges
Glissant au soleil !
Ce flot sans mélanges,
D'amour sans pareil.



Étude vivante
D'avenirs en fleurs ; École savante.
Savante au bonheur !

Pour regarder de près ces aurores nouvelles,

Mes six ans curieux battaient toutes leurs ailes ;

Marchant sur l'alphabet rangé sur mes genoux,

La mouche en bourdonnant me disait :
Venez-vous ?...

Et mon nom qui tintait dans l'air ardent de joie.

Les pigeons sans liens sous leur robe de soie,

Mollement envolés de maison en maison,

Dont le fluide essor entraînait ma raison ;

Les arbres, hors des murs poussant leurs tètes vertes ;

Jusqu'au fond des jardins les demeures ouvertes ;

Le rire de l'été sonnant de toutes parts,

Et le congé, sans livre ! errant aux vieux remparts :

Tout combattait ma sœur à l'aiguille attachée ;

Tout passait en chantant sous ma tète penchée ;

Tout m'enlevait, boudeuse et riante à la fois ;

Et l'alphabet toujours s'endormait dans ma voix.

Oui ! l'enfance est poète.
Assise ou turbulente,
Elle reconnaît tout empreint de plus haut lieu :
L'oiseau qui jette au loin sa musique volante,
Lui chante une lettre de
Dieu !

Moi, j'y reviens toujours à l'enfance chérie,
Comme un pâle exilé cherche au loin sa patrie,
Bel âge qui demande en quoi sont faits les morts
Et dit avec
Malcolm "Qu'est-ce que le
Remords ?"
Esprit qui passe, ouvrant ton aile souple et forte
Au souffle impérieux qui l'enivre et l'emporte.
D'où vient qu'à ton beau rêve, où se miraient les

(deux.
Je sens fondre une larme en un coin de mes yeux ?



C'est qu'aux flots de lait pur que me versait ma mère,
Ne se mêlait alors pas une goutte amère ;
C'est qu'on baisait l'enfant qui criait :
Tout pour moi !
C'est qu'on lui répondait encore : "Oui ! tout pour

[toi;



Veux-tu le monde aussi ? tu l'auras, ma jeune âme."
Hélas ! qu'avons-nous eu ? belle
Espérance ! ô femme ! Ô toi qui m'as trompée avec tes blonds cheveux,
Tes chants de rossignol et tes placides jeux !



Ma sœur : ces jours d'été nous les courions ensemble.
Je reprends sous leurs flots ta douce main qui
Je t'aime du bonheur que tu tenais de moi ; [tremble ;
Et mes soleils d'alors se rallument sur toi !



Mais j'épelais enfin : l'esprit et la lumière, Éclairaient par degrés la page, la première
D'un beau livre, terni sous mes doigts, sous mes pleurs.
Où la
Bible aux enfants ouvre toutes ses fleurs :
Pourtant c'est par le cœur, cette bible vivante,
Que je compris bientôt qu'on me faisait savante :
Dieu ! le jour n'entre-t-il dans notre entendement,
Que trempé pour jamais d'un triste sentiment !



Un frêle enfant manquait aux genoux de ma mère :

Il s'était comme enfui par une bise amère,

Et, disparu du rang de ses petits amis.

Au berceau blanc, le soir, il ne fut pas remis.

Ce vague souvenir sur ma jeune pensée

Avait pesé deux ans, et puis m'avait laissée.

Je ne comprenais plus pourquoi, pâle de pleurs.

Ma mère, vers l'église allait avec ses fleurs.

L'église, en ce temps-là, des vertes sépultures.

Se composait encor de sévères ceintures,

Et versant sur les morts ses longs hymnes fervents,

Au rendez-vous de tous appelait les vivants.



C'était beau d'enfermer dans une même enceinte,
La poussière animée et la poussière éteinte ;
C'était doux, dans les fleurs éparses au saint lieu,
De respirer son père en visitant son
Dieu.



J'y pense ; un jour de tiède et pâle automne,
Après le mois qui consume et qui tonne,
Près de ma sœur et ma main dans sa main,
De
Notre-Dame ayant pris le chemin
Tout sinueux, planté de croix fleuries,
Où se mouraient des couronnes flétries,
Je regardais avec saisissement
Ce que ma sœur saluait tristement.
La lune large avant la nuit levée.
Comme une lampe avant l'heure éprouvée,
D'un reflet rouge enluminait les croix,
L'église blanche et tous ces lits étroits ;
Puis, dans les coins le chardon solitaire
Eparpillait ses flocons sur la terre.



Sans deviner ce que c'est que mourir,
Devant la mort je n'osai plus courir.
Un ruban gris qui serpentait dans l'herbe,
De résédas nouant l'humide gerbe.
Tira mon âme au tertre le plus vert,
Sous la madone au flanc sept fois ouvert.
Là, j'épelai notre nom de famille.
Et je pâlis, faible petite fille ;
Puis, mot à mot : "Notre dernier venu
Est passé là vers le monde inconnu !"
Cette leçon, aux pieds de
Notre-Dame,
Mouilla mes yeux et dessilla mon âme.
Je savais lire, et j'appris sous des fleurs
Ce qu'une mère aime avec tant de pleurs.
Je savais lire ! et je pleurai moi-même.
Merci, ma sœur : on pleure dès qu'on aime.



Si jeune donc que soit le souvenir.
C'est par un deuil qu'il faut y revenir ?



Mais, que j'aime à t'aimer, sœur charmante et sévère,
Qui reçus pour nous deux l'instinct qui persévère ;
Rayon droit du devoir, humble, ardent et caché,
Sur mon aveugle vie à toute heure épanché !
Oh ! si
Dieu m'aime encore ; oh ! si
Dieu me

[remporte,



Comme un rêve flottant, sur le seuil de ta porte,
Devant mes traits changés si tu fermes tes bras,
Je saisirai ta main... tu me reconnaîtras !











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Marceline Desbordes-Valmore
(1786 - 1859)
 
  Marceline Desbordes-Valmore - Portrait  
 
Portrait de Marceline Desbordes-Valmore


Biographie / Œuvres

Née à Douai en 1786, elle devient chanteuse puis comédienne et elle épouse en 1817 un certain Valmore, acteur dont elle fera passer le nom à la postérité.

Chronologie