Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Marceline Desbordes-Valmore

Dernière entrevue - Poéme


Poéme / Poémes d'Marceline Desbordes-Valmore





Attends, nous allons dire adieu :
Ce mot seul désarmera
Dieu.



Les voilà ces feuilles brûlantes
Qu'échangèrent nos mains tremblantes,



Où l'amour répandit par flots
Ses cris, ses flammes, ses sanglots.



Délivrons ces âmes confuses.
Rendons l'air aux pauvres recluses.



Attends, nous allons dire adieu :
Ce mot seul désarmera
Dieu.



Voici celle qui m'a perdue...
Lis !
Quand je te l'aurai rendue,



De tant de mal, de tant de bien,
Il ne me restera plus rien.



Brûlons ces tristes fleurs d'orage,
Moi, par effroi ; toi, par courage.



Elles survivraient trop d'un jour
Au naufrage d'un tel amour.



Par pitié, sois-nous inflexible !
Pour ce sacrifice impossible.



Il fallait le secours des deux.
Et les regarder dans tes yeux !



Contre toi le sort n'a plus d'armes ;
Oh ! ne pleure pas... bois mes larmes !



Lève au ciel ton front abattu ;
Je t'aime à jamais : le sais-tu ?



Mais te voilà près de la porte...
La terre s'en va... je suis morte !...



Hélas ! je n'ai pas dit adieu...
Toi seul es sauvé devant
Dieu !











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Marceline Desbordes-Valmore
(1786 - 1859)
 
  Marceline Desbordes-Valmore - Portrait  
 
Portrait de Marceline Desbordes-Valmore


Biographie / Œuvres

Née à Douai en 1786, elle devient chanteuse puis comédienne et elle épouse en 1817 un certain Valmore, acteur dont elle fera passer le nom à la postérité.

Chronologie