Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Marcel Thiry

Toi qui pâlis - Poéme


Poéme / Poémes d'Marcel Thiry





Toi qui pâlis au nom de
Vancouver,
Tu n'as pourtant fait qu'un banal voyage ;
Tu n'as pas vu la
Croix du
Sud, le vert
Des perroquets ni le soleil sauvage.



Tu t'embarquas à bord de maint steamer,
Nul sous-marin ne t'a voulu naufrage ;
Sans grand éclat tu servis sous
Stùrmer,
Pour déserter tu fus toujours trop sage.



Mais qu'il suffise à ton retour chagrin
D'avoir été ce soldat pérégrin
Sur le trottoir des villes inconnues,



Et, seul, un soir, dans un bar de
Broadway,

D'avoir aimé les grâces
Greenaway

D'une
Allemande aux mains savamment nues.












Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Marcel Thiry
(1897 - 1977)
 
  Marcel Thiry - Portrait  
 
Portrait de Marcel Thiry