Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Marcel Thiry

Ballade de la nuit d'éclipsé - Ballade


Ballade / Poémes d'Marcel Thiry





Fortune
Infortune
Fortune
Infortune.

Les lémures couraient le long du train nocturne,

Cette nuit-là d'éclipsé totale de lune

Où nous étions deux cents voyageurs tous tout seuls

Entre deux villes capitales ; mais si seuls

Que nous ne savions plus si nos deux villes pôles

Étaient
Fortune et
Infortune,

Si nous avions quitté
Infortune ou
Fortune

Et d'elles deux laquelle serait l'autre

Qui nous attendrait dans sa gare d'aube.

Fortune
Infortune,



Fortune
Infortune,

Les lémures scandaient par les deux noms couplés

Le galop des wagons avaleurs des éclisses.

Si c'était
Paris-Rome ou
Fortune-Infortune,

L'express,

Et ses compartiments au quart peuplés,

Qui travaillait de toute sa lente vitesse



Dans le temps modifié du monde des éclipses ?
Des journaux morts flottaient sur les genoux,
Des voyageurs cessaient de recenser leurs jours.
Car les lémures, dont c'était nuit de sortie,
Faisaient rouler des sorts graves sur leurs tambours,
Fortune
Infortune,
Fortune
Infortune.

Il y avait déjà la crainte sur la lune

À bâbord, une approche au zénith sans nuage,

Et comme en mer pour l'exercice de naufrage

Les voyageurs gagnèrent le couloir bâbord.

Côte à côte, bien espacés par nos décences.

Bien cloisonnés par la règle d'or des silences,



Adossés comme des condamnés à leur mur

Pour voir décapiter la sultane la lune,

Nous regardions au ciel l'ombre manger la lune.

Si
César allait mourir, ou si la planète

Faisait le grand signal de s'abolir pour naître ?

Et les lémures martelaient plus fort

Leur rond tam-tam où tournoyaient les sorts,

Fortune
Infortune

Fortune
Infortune.

Et la lune mourut comme on meurt pour revivre

Peut-être,

La nuit passa comme il faut bien passer, c'est vivre

Peut-être.

Deux cents voyageurs seuls mariés par une éclipse
Démariés regagnant leur coin, leur journal triste.

Fortune
Infortune,
Fortune
Infortune

Fortune



Fortune.

Un quai ralentissait le long du couloir vide.

Comme entre rouge et noir la bille de fortune,

La roue hésite entre
Fortune et
Infortune

À s'arrêter.

Mais dans la grise aurore un archange croupier

Ou chef de gare et de la certitude

Et une voix descendue de la lune

Et l'édit lumineux en lettres majuscules

Sur les murs de la ville, et le chœur des lémures,

Jugèrent : infortune.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Marcel Thiry
(1897 - 1977)
 
  Marcel Thiry - Portrait  
 
Portrait de Marcel Thiry