Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Marc Alyn

Une époque charnière - Poéme


Poéme / Poémes d'Marc Alyn





L'imaginaire était une tête brûlée de
Baphomet guettée par le bourreau,

L'exil, le noyau dur d'une comète sans espace, épouvantail favori

des corbeaux.
Je me souviens de natures mortes en attente du coup de grâce
Où gisait une poule faisane au milieu d'une conjuration de cristaux,

de raisin, de cuivres, d'étincelles.
Le temps, en ce temps-là, ne faisait pas d'usage.
J'en jetais par poignées aux musiciens errants,
L'aveugle avec son chien dépeçait mon présent.
Dieu débordait, vin fou, du pressoir des orages.
Je me faufilais à grandes aiguillées en direction du
Centre, point

d'ancrage
De l'âme en perpétuelle invention d'elle-même.
Le verbe sur le gouffre osait des passerelles
Si vertigineuses que le siècle pourtant porté sur la déprime
Refusait d'avancer en dépit des menaces, des promesses, des banderilles.

En marge, ayant vécu ici ou là par défaut

Dans le refus des filiations et des paternités,

Le dos au mur à l'extrémité de l'impasse,

Je contemplais l'inexistence sans limites,

Déporté volontaire au goulag du poème

Avec les droits communs de l'immortalité.

Au marché noir, la mort vendait des yeux en solde,

Des bagues où nageaient des poisons délurés,

Sur le sable, l'Histoire jouait aux osselets, buvant pour oublier.

D'autres neiges, d'autres indéchiffrables bruits de pas
M'accompagnaient au sein d'une cohorte de mages, de soufis, de sibylles, de lunatiques



(Car je n'eus jamais d'amis qu'hérétiques)

Vers les confins qu'illuminait le suicide des dieux immolés par le feu.

Le non-dit trouverait-il ailleurs son origine ?

L'œuvre consistait à traduire en poésie, langue étrangère au sein de

toute langue,
Qu'elle magnifie et corrompt.
Les dernières paroles du
Millénaire agonisant.
Les mots prenaient les mots en otage.
Les exorcistes rentraient tard.
Quelque part le sang coulait, inutilement rouge dans le noir.












Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Marc Alyn
(1937 - ?)
 
  Marc Alyn - Portrait  
 
Portrait de Marc Alyn