Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Louise Labé

Xxi ode - Ode


Ode / Poémes d'Louise Labé





Toute bonté abondante '
Aus gouverneurs des
Saints
Cieus,
Un, qui de main foudroyante
Estonne mortels et
Dieus,
Ensemença ces bas lieus.
De diversité d'atomes
Formez de ce vertueus
Surpassant celui des hommes.

Lesquels d'une destinée
Sous quelque fatal heureus.
Pour former une bien née
Furent ensemble amoureus :
Et goûtant le savoureus,
Lequel ou l'Amour termine.
Ou le rend plus doucereus,
La font voir chose divine,



Mesmement si familière
A la troupe des neuf
Sœurs '
Qu'elles l'ont pour leur lumière
Fait lampeger en leurs chœurs :
Là recevant les honneurs
De ceus, qu'on n'a laissé boire
Aus sourses et cours donneurs
De perpétuelle gloire,

Elle le fait aparoitre
Au docte de ses escriz.
Qu'on voit journellement naitre.
Et devancer les esprits.
Qui avoient gaigné le pris
D'estre mieus luz en notre aage.
O féminin entrepris
De l'immortalité gage!

Qui une flame amoureuse.
Qui mieus les passionnez,
Et de veine plus heureuse
Discerne les aptes nez.
Et à l'Amour fortunez,
De ceux, lesquels à outrance
Seront tousjours mal menez.
Et repuz d'une espérance?

Qui de langue plus diserte
Fait le
Musagete orer
Contre l'éloquence experte
Du
Dieu qui peut atirer
Par le caut de son parler
L'erreur à la vraye trace?



Qui près d'eus peut sommeiller.
Comme elle, sur le
Parnasse '?

Donq que sur ses temples vole
Ce vert entortillonné
Pris de la ramure mole
De la fuyarde
Daphné ,
Et doctement façonné
Pour orner la seur de celle,
Qui sortit, le coup donné
En armes, de la cervelle.

Ode attribuée à
Antoine du
Moulin qui édita, entre autres, les œuvres de
Pernette du
Guillet.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Louise Labé
(1524 - 1566)
 
  Louise Labé - Portrait  
 
Portrait de Louise Labé


Biographie / chronologie

Pierre Charly, apprenti cordier (peut-être d'origine italienne), né aux alentours de 1470, illettré au point de ne pas savoir signer, épouse Guillermette Decuchermois, sans doute âgée ; celle-ci est veuve depuis 1489 de Jacques Humbert, dit Labé (ou L'Abbé [forme la plus ancienne], l'Abé, Labbé, Labbyt), cordier installé rue de l'Arbre sec. Pierre reprend le surnom de Labé, qui est attaché au fond

Bibliographie

Louise Labé (ou Labbé) est née à Lyon vers l'année 1524. Son père, Pierre Charly, était un cordelier de la ville. Elle tirera son surnom, la belle cordelière, de son père aussi bien que de son futur époux, Ennemont Perrin, qui exercera la même activité.