Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Louise Labé

V sonnet - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Louise Labé





Jadis un
Grec sus une froide image.
Que consacra
Praxitèle à
Cyprine,
Rafreschissant son ardente poitrine,
Rendit du maitre admirable l'ouvrage.

Lass! peu s'en faut qu'à ce petit ombrage,
Reconnoissant ta bouche coralline
Et tous les trais de ta beauté divine,
Je n'aye autant porté de témoignage.

Qu'ust fait ce
Grec si cette image nue
Entre ses bras fust
Venus devenue?
Que suis je lors quand
Louïze me touche

Et l'accollant, d'un long baiser me baise?
L'ame me part, et, mourant en cet aise,
Je la reprens ja fuiant en sa bouche.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Louise Labé
(1524 - 1566)
 
  Louise Labé - Portrait  
 
Portrait de Louise Labé


Biographie / chronologie

Pierre Charly, apprenti cordier (peut-être d'origine italienne), né aux alentours de 1470, illettré au point de ne pas savoir signer, épouse Guillermette Decuchermois, sans doute âgée ; celle-ci est veuve depuis 1489 de Jacques Humbert, dit Labé (ou L'Abbé [forme la plus ancienne], l'Abé, Labbé, Labbyt), cordier installé rue de l'Arbre sec. Pierre reprend le surnom de Labé, qui est attaché au fond

Bibliographie

Louise Labé (ou Labbé) est née à Lyon vers l'année 1524. Son père, Pierre Charly, était un cordelier de la ville. Elle tirera son surnom, la belle cordelière, de son père aussi bien que de son futur époux, Ennemont Perrin, qui exercera la même activité.