Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Louise Labé

Ode sur les baisers de louise labé - Ode


Ode / Poémes d'Louise Labé





N'adresse plus tes vœux aux
Muses du passé;



n'invoque plus
Bacchus en vain, ni
Apollon, et ne va plus chercher ton inspiration, comme le fit
Pindare, à la source
Dircé.



Demande bien plutôt à la blanche
Louise ces baisers de nectar qui respirent la rose, la tendre marjolaine et la violette éclose : breuvages d'Orient à la saveur exquise !



Ces baisers ne sont pas de ceux qu'on goûte à peine, ou qui s'en vont mourir tout juste au bout des lèvres : brisant toute défense, ils pénètrent en fièvre dans le cœur qui s'échauffe à leur suave haleine.



Et aussitôt la chair devient toute brûlante; l'âme a brisé ses liens et s'en vient, délivrée, expirer doucement pour
Louise
Labé, goûtant la pure extase en sa bouche accueillante.



Que tu veuilles chanter la femme toute en fièvre qui repousse l'amant, par trop entreprenant, d'une hésitante main; ou celle qui se plaint des traces qu'on verra de morçures aux lèvres;



Que tu veuilles chanter le mouvement stellaire, le retour des saisons, ou l'éclat emprunté dont
Diane, la
Lune, habille sa beauté; ou la clarté astrale aux régions polaires :



Ton poème sera inspiré des baisers

de
Louise
Labé, elle qui sait chanter!

Poète couronné, les oreilles zélées

des
Grecs et des
Romains, tu sauras les charmer!











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Louise Labé
(1524 - 1566)
 
  Louise Labé - Portrait  
 
Portrait de Louise Labé


Biographie / chronologie

Pierre Charly, apprenti cordier (peut-être d'origine italienne), né aux alentours de 1470, illettré au point de ne pas savoir signer, épouse Guillermette Decuchermois, sans doute âgée ; celle-ci est veuve depuis 1489 de Jacques Humbert, dit Labé (ou L'Abbé [forme la plus ancienne], l'Abé, Labbé, Labbyt), cordier installé rue de l'Arbre sec. Pierre reprend le surnom de Labé, qui est attaché au fond

Bibliographie

Louise Labé (ou Labbé) est née à Lyon vers l'année 1524. Son père, Pierre Charly, était un cordelier de la ville. Elle tirera son surnom, la belle cordelière, de son père aussi bien que de son futur époux, Ennemont Perrin, qui exercera la même activité.