Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Léo Ferré

Les mendiants d'avoine - Poéme


Poéme / Poémes d'Léo Ferré





Le poème est en moi comme une pitié sage
Qui relate l'amour d'un prochain de hasard
Mendiant de
Saint-Germain qui lorgne le corsage
Des putains du dimanche allumées au dollar



Mendiant tu branleras la bonté de onze heures
Et lui feras couler des nectars de nickel
Les messes du matin sont quelquefois meilleures
Les bonniches y vont sans doute et sans missel



Et pendant que l'hostie atteindra au pinacle
Mendiant tu leur insuffleras des désirs fous
Elles croiront jouir du
Christ au tabernacle
Et c'est toi mon jésus qui tireras le coup



Les cloches sonneront comme si c'était
Pâques
Les clients s'en iront pareils aux chevaux vieux
Que l'on voit dans
Paris traînassant leurs abaques
Chevaux pensants qui nous en foutent plein les yeux











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Léo Ferré
(1916 - 1993)
 
  Léo Ferré - Portrait  
 
Portrait de Léo Ferré


biographie

Poète... vos papiers !, poèmes (La Table ronde, 1956)
La Nuit, feuilleton lyrique (La Table ronde, 1956)
Mon programme, plaquette auto-éditée (1968)
Benoît Misère, récit (Robert Laffont, 1970)
Il est six heures ici et midi à New York, plaquette auto-éditée (Gufo del Tramonto, 1974)
Je parle à n'importe qui, plaquette auto-éditée (Gufo del Tramonto, 1979)