Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jules Supervielle

Terre - Poéme


Poéme / Poémes d'Jules Supervielle





Terre lourde que se disputent les cadavres et les arcs-en-ciel,

Des statues au nez brisé sous le soleil d'or incassable

Et des vivants protestataires levant leurs bras jusqu'aux nues

Quand c'est leur tour de s'offrir à tes abattoirs silencieux,


Ah! tu fais payer cher aux aviateurs leurs permissions de vingt-quatre heures,

A trois mille mettes de haut tu leur arraches le cœur

Qui se croyait une fleur dans la forêt du ciel bleu —

Serons-nous longtemps pasteurs de ta bergerie de nuages,

De tes monts chercheurs de ciel, des fleuves chasseurs de lune,

De tes océans boiteux qui font mine d'avancer

Mais vont moins vite sur les plages

Que des enfants titubant avec de pleins seaux de sable?



Aurons-nous encore du tonnerre dans cent quatre-vingt-dix mille ans,

La foudre, les quatre vents qui tournent sans rémission,

Les hommes nus enchaînés dans leurs générations

Et les roses pénitentes à genoux dans leur parfum?

Maudite, tu nous avilis à force de nous retenir,
Tu nous roules dans la boue, pour nous rendre pareils

à elle
Tu nous brises, tu nous désosses, tu fais de nous de

petits pâtés,
Tu alimentes ton feu central de nos rêves les plus

tremblants.
Prends garde, tu ne seras bientôt qu'une vieillarde

de l'espace,
Du plus lointain, du ciel on te verra venir faisant

des manières
Et l'on entendra la troupe des jeunes soleils bien

portants : «
C'est encore elle, la salée aux trois-quarts,
La tête froide et le ventre à l'envers,
La tenancière des quatre saisons,
L'avare ficelée dans ses longitudes! »
Et plus rapides que toi s'égailleront les soleils
Abandonnant derrière eux des éclats de rire durables
Qui finiront par former des plages bruissantes

d'astres.

Prends garde, sourde et muette par finasserie,
Prends garde à la colère des hommes élastiques,
Aux complots retardés de ces fumeurs de pipes,
Las de ta pesanteur, de tes objections,













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jules Supervielle
(1884 - 1960)
 
  Jules Supervielle - Portrait  
 
Portrait de Jules Supervielle


Biographie / Œuvres

Ses parents, français, se sont expatriés en Uruguay pour fonder une banque. De retour en France pour des vacances, l'année même de la naissance de Jules, il meurent tous les deux : il devait y avoir quelque chose dans l'eau du robinet… C'est son oncle et sa tante qui l'élèvent et qui s'occupent de la banque en Uruguay.
Ce n'est qu'à l'âge de 9 ans qu'il apprend qu'il est adopté.

Chronologie

De 1880 à 1883 : Bernard, oncle du poète, fonde en Uruguay une banque avec sa femme Marie-Anne. Cette entreprise devient rapidement familiale : Bernard demande à son frère Jules, père du poète, de venir le rejoindre en Uruguay. Jules fait du trio un parfait quatuor en épousant sa propre belle-soeur, Marie, soeur de Marie-Anne et mère du poète.