Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jules Supervielle

Projection - Poéme


Poéme / Poémes d'Jules Supervielle





Cimetière aérien, céleste poussière,

Où l'on reconnaîtrait des amis

Avec des yeux moins avares,

Cimetière aérien hanté de rues transversales,

De puissantes avenues

Et de quais d'embarquement pour âmes de toutes

tailles,
Lorsque le vent vient du ciel
J'entends le piétinement

De la vie et de la mort qui troquent leurs prisonniers
Dans tes carrefours errants.



Vous appellerai-je fantômes,
Amalgames de ténèbres
A la recherche d'un corps,
D'une mince volupté,
Vous dont les plus forts désirs
Troublent le miroir du ciel
Sans pouvoir s'y refléter,
Attendez-vous la naissance
D'une lune au bec de cygne
Ou d'une étoile en souffrance



Derrière un céleste signe,

Attendez-vous une aurore

Un soleil moins humiliants

Ou bien une petite pluie

Pour glisser, sans qu'on la voie,

Dans nos domiciles stricts

Votre âme grêle ambulante

Qu'effarouchent les vivants

Avec leur cœur attaché,

Avec leurs os cimentés sous un heureux pavillon,

Tous ces gens qui parlent fort de leur bouche colorée

Et sont fiers de leurs pensées vigilantes et fourrées,

De leur regard parcourant, sans fatigue, l'horizon.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jules Supervielle
(1884 - 1960)
 
  Jules Supervielle - Portrait  
 
Portrait de Jules Supervielle


Biographie / Œuvres

Ses parents, français, se sont expatriés en Uruguay pour fonder une banque. De retour en France pour des vacances, l'année même de la naissance de Jules, il meurent tous les deux : il devait y avoir quelque chose dans l'eau du robinet… C'est son oncle et sa tante qui l'élèvent et qui s'occupent de la banque en Uruguay.
Ce n'est qu'à l'âge de 9 ans qu'il apprend qu'il est adopté.

Chronologie

De 1880 à 1883 : Bernard, oncle du poète, fonde en Uruguay une banque avec sa femme Marie-Anne. Cette entreprise devient rapidement familiale : Bernard demande à son frère Jules, père du poète, de venir le rejoindre en Uruguay. Jules fait du trio un parfait quatuor en épousant sa propre belle-soeur, Marie, soeur de Marie-Anne et mère du poète.