Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jules Supervielle

Le nuage - Chanson


Chanson / Poémes d'Jules Supervielle





Un nuage va celant entre les plis de sa robe
Un paysage échappé de la terre et du soleil.
Quels aulnes sur la rivière et la couleur de quelle

aube
Tremblent au creux du nuage qui se hâte dans le

ciel?
La fleur prise en son contour comme dans son propre

piège,
Le métal sonnant s'il tombe, pour se sentir moins

aveugle,
Comme il croit les emporter
Dans les abîmes du ciel

Le nuage, sans volume, dont frissonne le dessin !
Et les plus lourdes odeurs, ô nuage sans odeur,
Et la chaleur sur la vigne, ô nuage sans chaleur!
Le chagrin d'un homme obscur dans une paillote

de jonc
Il voudrait, ce beau chagrin, l'espacer loin dans le

ciel,



Le cri d'un homme égorgé il voudrait le propager,

Faire un silence étoile avec le silence des prés.

Et la truite qu'il a vue sauter d'argent sur le gave

Et que nul ne verra plus, comment la ravirait-il?

Et la fraise forestière

Qu'on ne voit que de tout près

Comment peut-on la ravir lorsque l'on n'est qu'un

nuage
Avec les poches trouées?
Mais rien ne semble étonnant à ce peu de rien qui

glisse,
Rien ne lui est si pesant qu'il ne puisse l'embarquer
Ni la place du marché, ni ses douze brasseries,
Toutes les tables dehors et les visages qui rient,
Le manège avec ses ors, les porcs de bois, leur peinture!











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jules Supervielle
(1884 - 1960)
 
  Jules Supervielle - Portrait  
 
Portrait de Jules Supervielle


Biographie / Œuvres

Ses parents, français, se sont expatriés en Uruguay pour fonder une banque. De retour en France pour des vacances, l'année même de la naissance de Jules, il meurent tous les deux : il devait y avoir quelque chose dans l'eau du robinet… C'est son oncle et sa tante qui l'élèvent et qui s'occupent de la banque en Uruguay.
Ce n'est qu'à l'âge de 9 ans qu'il apprend qu'il est adopté.

Chronologie

De 1880 à 1883 : Bernard, oncle du poète, fonde en Uruguay une banque avec sa femme Marie-Anne. Cette entreprise devient rapidement familiale : Bernard demande à son frère Jules, père du poète, de venir le rejoindre en Uruguay. Jules fait du trio un parfait quatuor en épousant sa propre belle-soeur, Marie, soeur de Marie-Anne et mère du poète.