Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Joachim du Bellay

Sonnet v - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Joachim du Bellay





Cet oit la
Nuyt que la
Divinité

Du plus hault
Ciel en
Terre se rendit,
Quand dessus moy
Amour son
Arc tendit
Et me fist serf de sa grand'
Deïté.

Ny le sainct
Lieu de telle
Cruaulté,



Ny le
Tens mesme assez me deffendit :
Le coup au
Cœur par les yeux descendit
Trop ententifz à ceste grand'
Beauté.



Je pensoy' bien que l'Archer eust visé
A tous les deux, et qu'un mesme
Lien
Nous deux ensemble également conjoindre,



Mais comme aveugle,
Enfant, mal avisé,
Vous a laissée (helas) qui étiez bien
La plus grand'
Proye, et a choisi la moindre.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Joachim du Bellay
(1522 - 1560)
 
  Joachim du Bellay - Portrait  
 
Portrait de Joachim du Bellay


Biographie / Œuvres

Joachim du Bellay est né au château de La Turmelière, en Anjou, en 1522. Il est originaire d'une famille de cardinaux, de diplomates et de gouverneurs. Orphelin de père et de mère avant qu'il n'ait 10 ans, il est confié à la tutelle de René, son frère aîné. Ce dernier le néglige. Si l'on en croit les propres affirmations de Joachim du Bellay, il a une enfance triste, solitaire à la Turmelière dans