Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Joachim du Bellay

Sonnet 113 de l'olive - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Joachim du Bellay





Si notre vie est moins qu'une journée
En l'éternel, si l'an qui fait le tour
Chasse nos jours sans espoir de retour,
Si périssable est toute chose née,



Que songes-tu, mon âme emprisonnée?
Pourquoi te plaît l'obscur de notre jour.
Si, pour voler en un plus clair séjour,
Tu as au dos l'aile bien empennée?



Là est le bien que tout esprit désire.
Là le repos où tout le monde aspire,
Là est l'amour, là le plaisir encore.



Là, ô mon âme, au plus haut ciel guidée,

Tu y pourras reconnaître l'Idée

De la beauté qu'en ce monde j'adore.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Joachim du Bellay
(1522 - 1560)
 
  Joachim du Bellay - Portrait  
 
Portrait de Joachim du Bellay


Biographie / Œuvres

Joachim du Bellay est né au château de La Turmelière, en Anjou, en 1522. Il est originaire d'une famille de cardinaux, de diplomates et de gouverneurs. Orphelin de père et de mère avant qu'il n'ait 10 ans, il est confié à la tutelle de René, son frère aîné. Ce dernier le néglige. Si l'on en croit les propres affirmations de Joachim du Bellay, il a une enfance triste, solitaire à la Turmelière dans