Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Joachim du Bellay

Biographie, œuvres de Joachim du Bellay


Poésie / Poémes d'Joachim du Bellay





Naissance: vers 1522 château de la Turmelière, Liré, Anjou, Royaume de France
Décès: 1560 (à 37 ans) Paris, Royaume de France

Né en Anjou en 1522, à Lire, dans une famille de petite noblesse, Joachim du Bellay n'a pour refuge que les études : il est orphelin, et de santé fragile. Ami de Ronsard, il l'accompagne au célèbre collège de Coqueret, à Paris, où il a pour condisciples les membres de la future Pléiade, qui participent à l'élaboration de la célèbre Défense et illustration de la langue française, qu'il signe en 1549. Il en applique les nouveaux principes dans L'Olive, recueil de sonnets inspirés de Pétrarque.



Joachim du Bellay est un poète français né vers 1522 à Liré, en Anjou, et mort le 1er janvier 1560 à Paris. Sa rencontre avec Pierre de Ronsard fut à l'origine de la formation de la Pléiade, groupe de poètes auquel Du Bellay donna son manifeste, la Défense et illustration de la langue française. Son œuvre la plus célèbre, Les Regrets, est un recueil de sonnets d'inspiration élégiaque et satirique, écrit à l'occasion de son voyage à Rome de 1553 à 1557.

La même année que sa Deffense et Illustration de la langue françoyse, Du Bellay, né à Lire en 1522, fait paraître la première édition de son Olive. De Vasquin Philieul à L'Olive, il y a un pas, puisqu'il s'agit cette fois de sonnets « originaux », une cinquantaine ; leur originalité, il est vrai, est relative ,- Du Bellay a traduit, copié, imité Pétrarque et les pétrarquistes italiens : il s'en explique dans sa préface : « .. .je respondrai volontiers à ceux, qui connaissant Pétrarque de nom seulement, diront incontinent que je l'ai dérobé, que je n'apporte rien du mien, non pour autre raison sinon qu'il a écrit des sonnets et moi aussi. Vraiment je confesse avoir imité Pétrarque, et non lui seulement, mais aussil'Aristote et d'autres modernes Italiens : pource qu'en l'argument que je traite, je n'en ai point trouvé de meilleurs. » Mais la composition, la mise en suite des poèmes, lui sont propres. Et surtout, pour le première fois le sonnet, qui pour Marot et Peletier est de maniement très incertain (comme il apparaît dans les exemples cités plus haut), qui souvent encore encombre Philieul, se trouve ici véritablement adopté par la langue de poésie française, et garde aujourd'hui encore un éclat propre, qui est celui des commencements souverains.

L'expérience de la surdité donne à Joachim du Bellay le pouvoir de dire la part des sens en amour. Comme est précieux le timbre de la voix de l'être aimé ! Mais plus beau est l'esprit de ma dame que tous ses charmes physiques, affirme le poète dans le second sonnet.

Joachim du Bellay est né au château de La Turmelière, près de Liré en Anjou, en 1522. Il est originaire d’une famille de cardinaux, de diplomates et de gouverneurs. Orphelin de père (Jean du Bellay, seigneur de Gonnort, 1480-1423) et de mère (Renée Chabot, 1490-1530) avant qu’il n’ait 10 ans, il est confié à la tutelle de René, son frère aîné. Il a également une soeur, Catherine (née vers 1510, qui épousera Christophe du Breil, Capitaine d’une compagnie de 50 hommes, seigneur de la Mauvoisinière en Bouzillé, du Bois en Riaillé et du Theil en Trans, dont la postérité sera Victor Hugo). René, son frère aîné, né vers 1507, le néglige. Si l’on en croit les propres affirmations de Joachim du Bellay, il a une enfance triste, solitaire à la Turmelière dans le manoir paternel. Il devient un adolescent fragile qui apprend à se recueillir dans la solitude des forêts et à rêver sur les bords de la Loire.

Parti à Rome avec son cousin le cardinal Jean du Bellay, où le prélat est ambassadeur, et qui lui confie l'intendance de son palais, il s'y ennuie à repousser les créanciers. Parmi les intrigues et les mesquineries de cour, il se sent exilé, et exprime sa nostalgie du pays natal dans Les Regrets et Les Antiquités de Rome. Revenu en France quatre ans plus tard, il y retrouve ses amis de la Pléiade, mais le temps lui est compté : atteint d'une telle surdité qu'il ne peut communiquer que par écrit, il meurt d'une attaque d'apoplexie dans la nuit du 1erjanvier 1560, à 37 ans.








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Joachim du Bellay
(1522 - 1560)
 
  Joachim du Bellay - Portrait  
 
Portrait de Joachim du Bellay


Biographie / Œuvres

Joachim du Bellay est né au château de La Turmelière, en Anjou, en 1522. Il est originaire d'une famille de cardinaux, de diplomates et de gouverneurs. Orphelin de père et de mère avant qu'il n'ait 10 ans, il est confié à la tutelle de René, son frère aîné. Ce dernier le néglige. Si l'on en croit les propres affirmations de Joachim du Bellay, il a une enfance triste, solitaire à la Turmelière dans