Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jean-François Marmontel

Biographie, œuvres de Jean-François Marmontel


Poésie / Poémes d'Jean-François Marmontel




Naissance: Bort-les-Orgues le 11 juillet 1723
Décès: Habloville (Saint-Aubin-sur-Gaillon) le 31 décembre 1799

Jean-François Marmontel, est un encyclopédiste, historien, conteur, romancier, grammairien et poète, dramaturge et philosophe français.

Fils d'un tailleur limousin, il fait carrière et devient un des principaux personnages de la littérature officielle, éditeur du Mercure (1758-1760), membre, puis secrétaire perpétuel de l'Académie française (1763 et 1783), historiographe (1772). Il est connu pour ses Contes morauxet ses Éléments de littérature. On ne publia qu'en 1820 un poème erotique d'un ton bien différent, La Neuvaine de Cythère, composé en 1764, dont Diderot écrivait à la fin du Salon de 1767: l'ami Marmontcl « a fait le joli poème de la Neuvaine, et c'est quelque chose, soit dit en passant. »



A 12 ans, il est admis chez les Jésuites à Mauriac.

A 15 ans, son père le place en apprentissage à Clermont. Mais il quitte rapidement cet emploi et obtient de poursuivre ses études chez les Jésuites tout en exerçant les fonctions de répétiteur pour subvenir à ses besoins. Il envisage alors d'entrer dans les ordres. Il reçoit la tonsure en février 1741 à Limoges.

A Toulouse, l'Académie des Arts Floraux organise chaque année un concours de poésie. Marmontel découvre par hasard que ce concours est très richement doté et il décide d'y participer, mais son ode sur l'invention de la poudre à canon n'est pas primée. Furieux, il écrit à Voltaire, lui envoie son œuvre et le prend à témoin.
Voltaire lui répond ! Et l'encourage à poursuivre. Ce fut le début d'une relation suivie entre un maître et son disciple.

Les encouragements seront suivis d'effet: Marmontel remporte un prix de poésie en 1744.

Issu d’une famille pauvre, Jean-François Marmontel est le fils aîné de Martin Marmontel, maître tailleur d'habits, et de Marianne Jourdes (morte en 1747). Ses parents ont six autres enfants: Anne (née le 9 mars 1727), Marie-Jeanne (née le 28 mars 1728), Antoinette (née le 10 août 1730, morte le 23 janvier 1766), Jean (décembre 1731), Antoine (mars 1738) et Jeanne (1739)1,2. Plus tard, il adoptera le nom de « Marmontel ». Après avoir appris à lire au couvent de l'Immaculée Conception de la Vierge, dont les religieuses sont liées d'amitié avec sa mère, il va à l'école d'un prêtre de Bort, l'abbé Vaissière, avant de suivre, de 1734 à 1738, des études au collège de Mauriac, dirigé par les Jésuites3. Expulsé du collège un mois avant la fin de son année de rhétorique, son père le place en apprentissage chez un marchand de Clermont-Ferrand. Devenu apprenti tailleur, selon John Renwick, un jésuite de Clermont l'aurait pris sous sa protection en lui procurant une place de précepteur dans une famille bourgeoise4. Ainsi, il parvient à survivre et à faire sa philosophie au collège de la ville, de 1738 à 1740. De 1740 à 1741, il est employé comme précepteur par le marquis de Linars3. Il perd alors son père, victime de la tuberculose. Cet événement réduit sa famille au désespoir et à la misère, ainsi qu’il le raconte dans ses Mémoires. Il promet de l’en tirer et s’installe à Toulouse en 1741, où il fait sa philosophie chez les Jésuites et devient répétiteur chez les Jésuites et les Bernardins, envoyant aux siens une partie de son salaire.

Bibl. De l'Encyclopédie à la Contre-Révolution : Jean-François de Mar-montel (1723-1799), éd. par Jean Ehrard, Clermont-Fcrrand, G. de Bus-sac, 1970. - John Renwick, La Destinée posthume de Marmontel, Université de Clermont-Ferrand, 1972. - Jacques Wagner, Marmontel journaliste et le Mercure de France. Grenoble, Presses universitaires, 1975. - James Maurice Kaplan, La Neuvaine de Cythère : une démar-montélisation de Marmontel, Studics on Voltaire, 113,1973.

La voix DES pauvres Épîtrc au roi, sur l'incendie de l'Hôtel-Dieu. -
1. Ce poème a été inspiré par l'incendie du 30 décembre 1772. Il est vendu en 1773 au profit des pauvres. L'opinion demande que l'hôpital soit rebâti sur un emplacement plus salubre et surtout que son architecture respecte mieux I hygiène.

La neuvaine DE CYTHERE. -
1. J. M. Kaplan rapproche ces vers du passage de Lucrèce consacré aux songes (De natura rerum. IV, 962-1029).
2. Au sens ancien de fort, solide.
3. Le ceste : la courroie.


Œuvres

Denys le tyran, tragédie, 5 février 1748
Aristomène, tragédie, 30 avril 1749
Cléopâtre, tragédie, 20 mai 1750
La Guirlande, acte de ballet, 1751, musique de Jean-Philippe Rameau
Acanthe et Céphise, pastorale héroïque en trois actes, 1751, musique de Jean-Philippe Rameau
Les Héraclides, tragédie, 24 mai 1752
Égyptus, tragédie, 1753
Lysis et Délie, pastorale héroïque en un acte, 1753, musique de Jean-Philippe Rameau
Les Sybarites, acte de ballet, 1753, musique de Jean-Philippe Rameau
Hercule mourant, opéra, 1761
Annette et Lubin (1762)
La Bergère des Alpes (1766)
Le Huron, opéra-comique, 1768, musique d’André Grétry
Lucile, opéra-comique, 1769, musique d’André Grétry
Sylvain, opéra-comique, 1770, musique d’André Grétry
L’Amie de la maison, opéra-comique, 1771, musique d’André Grétry
Zémire et Azor, opéra-comique, 1771, musique d’André Grétry
Céphale et Procris, 1773
La Fausse magie, opéra-comique, 1775, musique d’André Grétry
Didon, opéra, 1783, musique de Niccolò Vito Piccinni
La Fausse Pénélope, opéra-comique, 1785, musique de Niccolò Vito Piccinni
Démophon, 1788

Polymnie, satire en 11 chants
L’établissement de l’École militaire, 1751
Vers sur la convalescence du Dauphin, 1752
La naissance du duc d’Aquitaine, 1753
Épître aux poètes, 1760
La Neuvaine de Cythère, 1820 (poème licencieux)

Contes moraux, 1755-1759
Bélisaire, 1767
Les Incas, 1777
Nouveaux contes moraux, 1792

Poétique française, 1763, 3 parties : ouvrage dans lequel Racine et Boileau sont vivement attaqués
Essai sur les révolutions de la musique en France, 1777
De l’Autorité de l’usage sur la langue, 1785
Éléments de littérature, 1787. Édition moderne chez Desjonquères, présentée, établie et annotée par Sophie Le Ménahèze, 2005.
Mémoire sur la régence du duc d’Orléans, 1788
Apologie de l’Académie française, 1792
édition remaniée de Venceslas de Rotrou, 1759
La Pharsale de Lucain, traduite en prose, 1766
édition des Chefs d’œuvres dramatiques de Mairet, Du Ryer et Rotrou, avec un Commentaire, 1775
Mémoires d’un père pour servir à l’instruction de ses enfants, 1800
Leçons d’un père à ses enfants sur la langue française, 1806








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jean-François Marmontel
(1723 - 1799)
 
  Jean-François Marmontel - Portrait  
 
Portrait de Jean-François Marmontel