Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jean-Baptiste Chassignet

Sonnet xcii - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Jean-Baptiste Chassignet





Ce que tu vois de l'homme, homme, l'homme n'est pas,
C'est seulement l'escorce et la coque fragile
De l'ame incorruptible, immortelle, et subtile,
Durant ce peu de temps qu'elle loge icy bas.



En voulons nous esclorre et maugré le trespas,
Devenir
Citoyen de l'éternelle ville ?
Rompons premièrement ceste prison servile,
Foulons dessous les pies les terrestres appas.



Ainsi, quand le
Phénix aggravé de viellesse
Se veut régénérer en nouvelle jeunesse,
Soy-mesme il se bastit son nid et son tombeau,



Se bruslant au
Soleil ; un vert nait de sa cendre,
Du vert un œuf, de l'œuf s'esclot un oiseau tendre,
A l'autre tout pareil, mais plus jeune et plus beau.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jean-Baptiste Chassignet
(1570 - 1635)
 
  Jean-Baptiste Chassignet - Portrait  
 
Portrait de Jean-Baptiste Chassignet


La vie de jean-baptiste chassignet