Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jean Orizet

L'enfant de dougga - Poéme


Poéme / Poémes d'Jean Orizet





La ville de lézards et d'oiseaux, ancienne capitale d'un roi, est, en ce matin d'été, le royaume d'un enfant.

Devant le sanctuaire de Neptune, il devient prêtre; dans le temple de Coelestis, vestale ; aux marches du Capitole, tribun.

Sautillant de dalle en dalle, il traverse le forum, marque le pas sous l'arc de Sévère Alexandre, minuscule Imperator triomphant de sa curiosité.



Au-delà de cette porte inutile, le voici déjà dans l'oliveraie, où il demande à cueillir un rameau chargé de ses fruits ; et la branche en fait, à son insu, le symbole vivant mais contraire de ce qui tua la cité.



Il marche maintenant vers le théâtre, dont il escalade les gradins. De là-haut, le regard gbsse vers la plaine à blé, providence des légions. Un éclat éloigné jaillit sous le soleil: « Soc ou lance? » se demande le voyageur.

A la question silencieuse, l'enfant répond à côté: « Allons-nous-en ; il fait trop chaud ici, et tous les gens sont morts. »











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jean Orizet
(1937 - ?)
 
  Jean Orizet - Portrait  
 
Portrait de Jean Orizet


Œuvres

Après avoir pratiqué le métier de journaliste, Jean Orizet devient le cofondateur, en 1969, de la revue Poésie 1 et travaille comme éditeur aux éditions du Cherche-midi. Ecrivain, voyageur et humaniste, ses textes, dont 'L' Attrapeur de rêves' ou 'La Cendre et l'étoile', lui permettent de figurer au rang des poètes les plus importants de sa génération.