Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jean Orizet

La maison qui disparaÎt - Poéme


Poéme / Poémes d'Jean Orizet





Aurez-vous le temps de connaître, dans la plaine au pied du
Ventoux, cette maison qui disparaît sous la gourmandise des feuilles?

Les cerisiers en sont témoins, avec les figuiers, les vignobles, mais ils ne diront jamais rien au passant qui les interroge.
Déjà les murs sont invisibles et toutes les tuiles du toit, par la seule poussée de sève, deviennent feuilles à leur tour.
Bientôt il y aura un arbre à la place de la maison qu'aura digérée l'écorce, et les oiseaux consentiront à faire leurs nids dans ses branches comme autant de maisons légères d'où naîtront ces habitants du ciel qui, eux, raconteront l'histoire, toujours déformée par le vent, de ce mariage impossible entre la vieille pierre et l'arbre, dont nul n'imagine l'enfant.













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jean Orizet
(1937 - ?)
 
  Jean Orizet - Portrait  
 
Portrait de Jean Orizet


Œuvres

Après avoir pratiqué le métier de journaliste, Jean Orizet devient le cofondateur, en 1969, de la revue Poésie 1 et travaille comme éditeur aux éditions du Cherche-midi. Ecrivain, voyageur et humaniste, ses textes, dont 'L' Attrapeur de rêves' ou 'La Cendre et l'étoile', lui permettent de figurer au rang des poètes les plus importants de sa génération.