Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jean de La Fontaine

Le songe de vaux - Élégie


Élégie / Poémes d'Jean de La Fontaine









Sous les lambris moussus de ce sombre palais,

Écho ne répond point, et semble être assoupie :

La molle
Oisiveté, sur le seuil accroupie,

N'en bouge nuit et jour, et fait qu'aux environs

Jamais le chant des coqs, ni le bruit des clairons,

Ne viennent au travail inviter la
Nature ;

Un ruisseau coule auprès, et forme un doux murmure.

Les simples dédiés au dieu de ce séjour

Sont les seules moissons qu'on cultive à l'entour.

De leurs fleurs en tout temps sa demeure est semée.

Il a presque toujours la paupière fermée.

Je le trouvai dormant sur un lit de pavots ;

Les
Songes l'entouraient sans troubler son repos.

De fantômes divers une cour mensongère,

Vains et frêles enfants d'une vapeur légère,

Troupe qui sait charmer le plus profond ennui,

Prête aux ordres du dieu, volait autour de lui.

Là, cent figures d'air en leurs moules gardées,

Là, des biens et des maux les légères idées,

Prévenant nos destins, trompant notre désir,

Formaient des magasins de peine ou de plaisir.

Je regardais sortir et rentrer ces merveilles :

Telles vont au butin les nombreuses abeilles,

Et tel, dans un État de fourmis composé,

Le peuple rentre et sort en cent parts divisé.

Confus, je m'écriai : «
Toi que chacun réclame,

Sommeil, je ne viens pas t'implorer dans ma flamme ;

Conte à d'autres que moi ces mensonges charmants

Dont tu flattes les vœux des crédules amants ;

Les merveilles de
Vaux me tiendront lieu d'Aminte :

Fait que par ces démons leur beauté me soit peinte.

Tu sais que j'ai toujours honoré tes autels ;

Je t'offre plus d'encens que pas un des mortels :

Doux
Sommeil, rends-toi donc à ma juste prière. »

A ces mots, je lui vis entr'ouvrir la paupière ;

Et, refermant les yeux presque au même moment :

«
Contentez ce mortel », dit-il languissamment.

Tout ce peuple obéit sans tarder davantage :

Des merveilles de
Vaux ils m'offrirent l'image ;

Comme marbres taillés leur troupe s'entassa ;

En colonne aussitôt celui-ci se plaça ;

Celui-là chapiteau vint s'offrir à ma vue ;

L'un se fit pié d'estal, l'autre se fit statue :

Artisans qui peu chers, mais qui prompts et subtils,

N'ont besoin pour bâtir de marbre ni d'outils,

Font croître en un moment des fleurs et des ombrages,

Et, sans l'aide du temps, composent leurs ouvrages.



A de simples couleurs mon art plein de magie

Sait donner du relief, de l'âme, et de la vie :

Ce n'est rien qu'une toile, on pense voir des corps.

J'évoque, quand je veux, les absents et les morts ;
Quand je veux, avec l'art je confonds la nature :
De deux peintres fameux qui ne sait l'imposture ?
Pour preuve du savoir dont se vantaient leurs mains,
L'un trompa les oiseaux, et l'autre les humains.
Je transporte les yeux aux confins de la terre :
Il n'est événement ni d'amour, ni de guerre,
Que mon art n'ait enfin appris à tous les yeux.
Les mystères profonds des enfers et des deux
Sont par moi révélés, par moi l'œil les découvre ;
Que la porte du jour se ferme, ou qu'elle s'ouvre.
Que le soleil nous quitte, ou qu'il vienne nous voir,
Qu'il forme un beau matin, qu'il nous montre un beau

soir,
J'en sais représenter les images brillantes.
Mon an s'étend sur tout ; c'est par mes mains savantes
Que les champs, les déserts, les bois et les cités,
Vont en d'autres climats étaler leurs beautés.
Je fais qu'avec plaisir on peut voir des naufrages,
Et les malheurs de
Troie ont plu dans mes ouvrages :
Tout y rit, tout y charme ; on y voit sans horreur
Le pâle
Désespoir, la sanglante
Fureur,
L'inhumaine
Clothon qui marche sur leurs traces ;
Jugez avec quels traits je sais peindre les
Grâces.
Dans les maux de l'absence on cherche mon secours :
Je console un amant privé de ses amours ;
Chacun par mon moyen possède sa cruelle.
Si vous avez jamais adoré quelque belle (Et je n'en doute point, les sages ont aimé),
Vous savez ce que peut un portrait animé :
Dans les cœurs les plus froids il entretient des flammes.
Je pourrais vous prier par celui de vos dames ;

En faveur de ses traits, qui n'obtiendrait le prix ?
Mais c'est assez de
Vaux pour toucher vos esprits :
Voyez, et puis jugez ; je ne veux autre grâce. »













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jean de La Fontaine
(1621 - 1695)
 
  Jean de La Fontaine - Portrait  
 
Portrait de Jean de La Fontaine


Bibliographie

8 juillet 1621.
Naissance et baptême de Jean de La Fontaine. (Paroisse de Château-Thierry.) Son père est Charles de La Fontaine, conseiller du roi et maître des eaux et forêts, fils de bourgeois champenois. Sa mère est Françoise Pidoux de bonne maison poitevine, veuve remariée.

Biographie / Œuvres

Jean de La Fontaine passe ses premières années à Château-Thierry dans l'hôtel particulier que ses parents, Charles de La Fontaine, Maître des Eaux et Forêts et Capitaine des Chasses du duché de Château-Thierry, et Françoise Pidoux, fille du bailli de Coulommiers, ont acheté en 1617 au moment de leur mariage. Le poète gardera cette maison jusqu'en 1676. Classée monument historique en 1886, la demeu