Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jean de Bosschère

Un grand cri - Poéme


Poéme / Poémes d'Jean de Bosschère





Ah ! ce n'est pas la dernière fois

que le cœur affolé, tout en flammes

devant le monde d'or et de piment,

je chanterai en cercles palmés cet acre amour

où son haleine croisait dans l'air âpre

celle du froid encens qui vogue saintement.



Sur mon cœur le souvenir forge la joie

ô joie solennelle au-delà de l'homme

d'être saoulé par l'opaque illusion

celle qui se moque en fusée sur tous les doutes

prend à la gorge comme l'unique, un
Dieu

enfin
Dieu apparaissant avec force

et je ris comme un idiot d'avoir ignoré

que l'immense ineffable était à ma main

celle qui ne connaît ni l'océan, ni
Paris

et me baise étonnée, avec vérité, doucement

parce que cela ne sera pas avec la mort terminé.



Ainsi hardie me quitte la suave vierge

et mes frissons comme les siens

ont meurtri nos chairs aux aigles du jubé

la volupté nous a labourés comme un poing

une marée de miel et de verveines

et puis cela décline, se retire en s'évanouissant

nous laisse dans la caresse des épines et des roses

un globe de feu dans le front

un grand cri.



Par l'encens qui darde sa robe grise elle ne connaît pas

demain

elle s'éloigne et sous le porche

devant l'herbe des tombes

les bras levés tel un
Christ

elle crie un grand cri

elle gémit longuement comme elle chante

devant tout ce qu'elle voit enfin

la grande petite ville

la corbeille d'amour et de douleur

elle titube

dans le parfum de l'herbe crépusculaire

elle est vierge encore avec l'amour dans la gorge

qui chante comme un ivrogne.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jean de Bosschère
(1878 - 1953)
 
  Jean de Bosschère - Portrait  
 
Portrait de Jean de Bosschère


Biographie

Au début de 1915, Boschère quitte la Belgique occupée pour Londres, où il lie son sort à celui des Imagistes anglo-américains : The Closed Door (1917) et Job le Pauvre (1922), parus à Londres, obéissent aux préceptes de la nouvelle école, mais disent surtout la découverte de la révolte comme progrès spirituel. Après avoir voyagé en Italie, Boschère s'installe à Paris, où paraît, en 1927, Marthe et

Chronologie jean de boschere

1878 — Naissance à Uccle, près de Bruxelles, de Jean de Boschère.
1884-1894 — La famille s'installe à Lierre dans la Campinc, époque de laquelle Boschère tirera l'un de ses grands romans : Marthe et l'Enragé.
1894 — Installation à Anvers et entrée à l'Académie des beaux-arts, en 1898.
1900-1905 — Premiers voyages à Paris.
1905-1909 — Publication d'une série d'ouvrages s

Boschere vu par...

« C'est la vie soufrée de la conscience qui remonte au jour avec ses lumignons et ses étoiles, ses tanières, son firmament, avec la vivacité d'un pur désir, avec son appel à une mort constante avoisinant la membrane de la résurrection. Jean de Boschère m'a fait. Je veux dire qu'il m'a montré combien lui et moi nous nous ressemblions et nous étions proches, et cette preuve au moment où je suis m'es

Bibliographie des oeuvres poÉtiques

Béâle-Gryne, L'Occident, 1909. Traduction en russe par M. Vezélov-sky, éditions Lazare Stoliar, Moscou, 1914.
The Closed Door, édition bilingue avec traduction anglaise par F.S. Flint, préface de May Sinclair, John I.ane. I.ondres, 1917.